La mort du chorégraphe Alain Buffard

Par @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 22/12/2013 à 12H56
Alain Buffard dans "My Lunch With Anna" (2005)

Alain Buffard dans "My Lunch With Anna" (2005)

© https://fr-fr.facebook.com/alainbuffard.pies

Le danseur et chorégraphe Alain Buffard, figure de la danse contemporaine française, et artiste engagé, est décédé samedi à l'âge de 53 ans, a annoncé sa compagnie pi:es, dimanche.

"C'est avec une infinie tristesse que nous avons appris le décès d'Alain Buffard, survenu dans son sommeil, samedi 21 décembre 2013, à l'âge de 53 ans", a indiqué sa compagnie pi:es basée à Nîmes.
 
La ministre de la Culture lui a rendu hommage dès l'annonce de sa disparition. "Immense poète du plateau, danseur, chorégraphe et metteur en scène, il n'a  eu de cesse de bousculer ses publics et de questionner notre regard sur l'humain", a écrit Aurélie Filippetti.
Extrait de "Baron Samedi", création de Alain Buffard au Théâtre de Nîmes en avril 2012


Une mise en scène non conventionnelle du corps
Né dans le Jura en 1960, Alain Buffard avait commencé la danse en 1978,  avec Alwin Nikolais, au Centre national de danse contemporaine d'Angers. En 1996, il fait deux rencontres déterminantes, celles d'Yvonne Rainer et  Anna Halprin, avec qui il travaille en tant que lauréat de la "Villa Médicis - hors les murs".

Avec sa compagnie pi:es, fondée en 1998, il a produit 14 oeuvres, des  créations chorégraphiques, des films et installations vidéo qu'il a présentés dans de nombreux espaces, aussi bien en France qu'ailleurs dans le monde.

"Un fil rouge réapparaît dans la plupart de ses spectacles : la mise en scène charnelle, sexuelle et politique du corps hors des représentations convenues", écrit à son sujet le site de l'Opéra de Lille.

"Avec Alain Buffard, l’hégémonie de la norme est sur la sellette. Il dénature les silhouettes avec des prothèses, dissout les repères entre féminité et masculinité, dénonce les mécanismes d’aliénation et d’assujettissement du corps social. Le tout avec un humour corrosif qui flirte avec le grotesque."
 

Création "Self&Others" d'Alain Buffard, séquence "Thriller" de Michael Jackson à la Ménagerie de Verre (Paris) 2008.

Figure de la "non-danse"
La critique en a fait un représentant de la "non-danse", ce courant  d'avant-garde plus sensible au dialogue avec d'autres disciplines (arts visuels, théâtre...) qu'aux mouvements chorégraphiés dans des décors conventionnels. 

"Artiste engagé, défenseur insatiable des libertés, Alain Buffard savait  nous inviter à réfléchir à notre statut d'homme et notre relation à l'autre, au  travers de ses oeuvres, à la fois fragiles et fortes, violentes et délicates,  toujours porteuses de sens", selon la ministre de la Culture.
 
"Chaque pièce d'Alain Buffard rompt avec les codes habituels de la danse et  nous propulse dans des dispositifs plastiques et théâtraux novateurs, hors des  normes habituelles du plateau, nous permettant de partager ses questionnements et sa pensée sociale", a ajouté Mme Filippetti dans son message écrit.
"Mauvais genre" création de Alain Buffard au festival Montpellier Danse 2003. Ici version déambulatoire à la Chapelle Fromentin.