Karavel fête ses 10 ans de hip hop populaire, engagé et poétique

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 17/10/2016 à 18H05
Créé à l'initiative du chorégraphe Mourad Merzouki, le festival Karavel donne rendez-vous aux amateurs de hip hop depuis 10 ans 

Créé à l'initiative du chorégraphe Mourad Merzouki, le festival Karavel donne rendez-vous aux amateurs de hip hop depuis 10 ans 

© Extrait de l'affiche du festival Karavel

Le festival Karavel de Lyon fête cette année ses dix ans d'existence. Une décennie d'expérimentations et d'innovations en tous genres autour du hip hop et des danses urbaines. L'édition 2016 présente jusqu'au 4 novembre des spectacles où l'audace, le rêve et les idées se bousculent sans cesse. Après Pokemon Crew, les compagnies Accrorap, Malka ou encore Dyptik présentent leurs créations.

Dix ans de hip hop ça se fête ! La métropole de Lyon accueille le festival Karavel jusqu'au 4 novembre 2016  avec une programmation éclectique et ouverte à tous puisque certains spectacles sont gratuits.

Reportage : S. Adam / T. Swiderski / D. Mollard

10 ans autour d'une danse en constante évolution 

Karavel c'est l'histoire d'un pari réussi mené sur l’une des formes chorégraphiques les plus populaires et vivantes aujourd’hui : la danse Hip-Hop.

Motivés par la mixité et la diversité des disciplines, les organisateurs du festival programment des compagnies aguerries et les nouveaux talents. A l'image de la Compagnie Stylistik menée par le chorégraphe  Abdou N’gom qui propose un hip hop guidé par des images fortes, des émotions puissantes : "Notre danse évolue sans cesse, je pars des contractions, des vagues, de la danse au sol et ensuite je la requestionne par rapport à un propos pour créer quelque chose qui va avoir du sens". 

La compagnie présente pour Karavel "Résistances", une pièce chorégraphique pour 7 danseurs.   

Une danse urbaine qui s'affranchit des codes 

Pas à pas, le hip hop se détache de son milieu originel de création : la rue. Les danses urbaines s'invitent au théâtre et dépoussièrent le rideau rouge.

En 2010, dans sa création "Boxe Boxe", le chorégraphe Mourad Merzouki de la compagnie Käfig convie le quatuor Debussy pour un match inoubliable entre le hip hop et la musique classique.

Cette année, "Corpus" le spectacle d'Aurélien Kairo (Compagnie de Fakto), s’inspire des concepts philosophiques de Friedrich Nietzsche. 

"Le hip hop est toujours généreux et démonstratif mais il prend aussi des risques et s'engage. C'est un hip hop qui s'adresse à tous les publics et on voit que les artistes se sont complètement appropriés cette danse", souligne Mourad Merzouki, le directeur artistique du festival.  

Affiche Karavel © Karavel

"Le Bal des 10 ans", le vendredi 21 octobre, sera ponctué d'extraits des défilés de la Biennale de la danse : " Les Lumières de la ville, "Iles et Ailes, "La vie en rose"... et de comédies musicales qui ont marqué les générations. A partir de 20h30 tous les amateurs de hip hop sont accueillis gratuitement à l'Espace Albert Camus de Bron. (Réservations auprès de la billetterie du théâtre sur info@albertcamus-bron.fr ou 04 72 14 63 40)