Biennale de la danse

du 14 au 30 septembre 2016

Migrations et inégalité des sexes au coeur de la Biennale de la danse

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 15/09/2016 à 17H25
Les danseurs du ballet de l'opéra de Lyon dansent sur les chorégraphies de l'italien Alessandro Sciarroni  et de l'espagnole Marina Mascarell 

Les danseurs du ballet de l'opéra de Lyon dansent sur les chorégraphies de l'italien Alessandro Sciarroni  et de l'espagnole Marina Mascarell 

© MICHEL CAVALCA /

A l'occasion de la Biennale de la danse, l'opéra de Lyon propose jusqu'au 18 septembre deux programmes portés par les danseurs du ballet. Deux pièces des chorégraphes Marina Mascarell et Alessandro Sciarroni qui s'inspirent de l'actualité mais sont diamétralement opposées dans les styles. L'une s'attache à dénoncer l'inégalité des sexes, l'autre à la migration des êtres humains.

C'est parti pour deux semaines de danse dans toute la région Rhône-Alpes-Auvergne. Du 14 au 30 septembre 2016, la 17e Biennale de la danse propose une programmation généreuse et l'éclectique, avec 37 spectacles, dont 23 créations ou premières françaises.

Une première mondiale a ouvert la biennale, composée de deux pièces des chorégraphes Alessandro Sciarroni et Marina Mascarell, créées spécialement pour le ballet de l’Opéra de Lyon.

Reportage : S. Adam / L. Crozat /  D. Moncel / S. Trentesaux

"Le diable bat sa femme et marie sa fille"

Pour cette nouvelle pièce, la chorégraphe espagnole Marina Mascarell a interviewé ses huit danseurs autour de la thématique des discriminations et des violence faites aux femmes. "Nous parlons de l'inégalité des sexes, et comment on perpétue depuis le plus jeune âge ces comportements qui se transforment ensuite en violence".
Marina Mascarell CHRISTIAN GANET3.jpg © CHRISTIAN GANET

Pour appuyer son propos, la chorégraphe qui a dansé au Nederlands Dans Theater s’est inspirée du travail de la photographe Francesca Woodman qui parle du corps de la femme et du féminisme.

Turning _Motion : la trajectoire des migrants

Sur le plateau de l'Opéra de Lyon, les neuf danseurs expérimentent la giration continue. Tels des derviches tourneurs modernes, les interprètes tournent continuellement, sans jamais perdre l'équilibre. 
Alessandro Sciarroni.jpg © CHRISTIAN GANET

Quand on lui demande d'où lui est venu l'idée de Turning_Motion, Alessandro Sciarroni répond simplement qu'il s'inspire des planètes, de l'observation de la migration des cigognes et des saumons. C'est en contemplant la nature, le rythme et la répétition du mouvement, qu'il a imaginé faire le parallèle avec la situation actuelle des migrants.

La Biennale de la danse de Lyon se déroule du 14 au 30 septembre dans toute la métropole et dans en région Rhône-Alpes-Auvergne.