Nicolas Le Riche prépare ses adieux au ballet de l'Opéra de Paris

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 28/05/2014 à 19H14
Nicolas Le Riche et Aurélie Dupont répètent "Mademoiselle Julie" (chorégraphie de Birgit Cullberg) le 20 février 2014 à l'Opéra Garnier, à Paris.

Nicolas Le Riche et Aurélie Dupont répètent "Mademoiselle Julie" (chorégraphie de Birgit Cullberg) le 20 février 2014 à l'Opéra Garnier, à Paris.

© Jacques Demarthon / AFP

Le 9 juillet, le danseur-étoile quittera le ballet de l'Opéra de Paris après plus de trente ans de carrière avec un feu d'artifice de ballets lors d'une soirée unique le 9 juillet, a annoncé l'institution. .

L'éternel jeune homme de l'Opéra de Paris - 42 ans depuis le 29 janvier- dansera plusieurs pièces emblématiques de son parcours, comme "L'Après-midi d'un faune" de Nijinski, "Le Jeune Homme et la Mort" de Roland Petit et le "Boléro" de Maurice Béjart.

Le programme de la soirée du 9 juillet qu'il a déterminé pour retracer son parcours, comprend aussi l'entrée des "Forains" (Roland Petit), des extraits du "Bal de cadets" de David Lichine, de "Raymonda" (Noureev), de "Caligula", sur sa propre chorégraphie, et un pas de deux d'"Appartement" de Mats Ek.
Un extrait du ballet "Le jeune homme et la mort" (chorégraphie de Roland Petit), avec Nicolas Le Riche et Marie-Agnès Gillot - Opéra de Paris, 2005.
Il va incarner Quasimodo à l'Opéra Bastille
Le public pourra également applaudir Nicolas Le Riche dans "Notre-Dame de Paris" dans une chorégraphie réalisée par Roland Petit en 1965, avec des costumes d'Yves Saint-Laurent. Il y tient le rôle de Quasimodo. À savourer les 30 juin, 3 et 5 juillet à l'Opéra Bastille.

Nicolas Le Riche, entré à 16 ans dans le corps de ballet de l'Opéra de Paris en 1988, a dansé tous les grands ballets du répertoire, dont ceux de Noureev, qui a accompagné le début de sa carrière. Il a participé à de très nombreuses créations, dont tout récemment "Darkness is hiding Black Horses" du Japonais Saburo Teshigawara (2013).

S'il prend sa retraite à l'âge imposé à l'Opéra de Paris, Nicolas Le Riche n'arrête nullement de danser : il prépare une "carte blanche" au Théâtre des Champs-Elysées les 4 et 5 novembre, avec cinq ballets, dont "Odyssée" dont il est le chorégraphe, et l'interprète avec sa femme Clairemarie Osta, sur une musique du compositeur estonien Arvo Pärt.