"Cuisine et confessions", un spectacle savoureux à Marseille et Paris

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 04/12/2014 à 18H18
"Cuisine et confessions".

"Cuisine et confessions".

© DR

La troupe québecoise Les 7 doigts de la main propose un spectacle d'un nouveau genre avec "Cuisine et confessions". Humour, danse, acrobaties et émotion sont au menu de ce spectacle dont le décor est une cuisine et dont le fil conducteur est un livre de recettes de grand-mère. "Cuisine et confessions" est présenté à Marseille en avant-première ces jours-ci avant Paris à partir du 9 décembre.

Le toucher, l'odorat et le goût sont aussi stimulés

"C'est un spectacle d'un nouveau genre, dans lequel le toucher, l'odorat et e goût s'ajoutent à l'émerveillement des yeux et des oreilles, faisant de la cuisine le point de rencontre des cultures", explique Sébastien Soldevila qui a réalisé avec Shana Carroll la mise en scène de ce spectacle de cirque contemporain. 

Le décor plante une immense cuisine devant laquelle évoluent neuf artistes, Suédois, Argentins, Américains, Québécois et Russe, à la fois acrobates, contorsionnistes, jongleurs et chanteurs sur "une bouillabaisse de musiques" - jazz, électro, rock.

Dans cette cuisine, ils disposent d'une batterie d'instruments qui servent à jongler et... à confectionner des plats qu'ils invitent les spectateurs à partager avec eux, entre deux numéros.


"Partager des histoires à travers des recettes" 

"La nourriture a quelque chose de rassembleur, nous avons voulu partager des histoires de vie à travers des recettes. On s'est inspiré de la vraie vie des artistes", précise Sébastien Soldevila.
   
"L'omelette parfaite, c'est des oeufs, du poivre, des oignons et de l'amour", raconte l'un des acteurs, un Américain issu des quartiers pauvres de Ferguson (Missouri), au coeur de l'actualité depuis qu'un policier blanc y a tué un jeune Noir. Pour lui, l'omelette, c'est surtout le souvenir de sa mère. Elle lui en confectionnait une pour lui tout seul quand la fratrie de huit demi-frères et soeurs s'égayaient le week-end pour rendre visite à leur père. Lui n'avait aucun père à aller voir.
   
Le public apprend aussi la recette du gâteau à la banane, préparé sous ses yeux. En revanche "il n'y a pas de recette pour l'amour, le bonheur, la création", confie l'un des artistes.
   
Autre moment d'émotion, lorsque, entre deux exercices périlleux sur une rampe de descente, Mathias, un Argentin, s'interroge sur le dernier repas de son père, un intellectuel enlevé alors que lui même avait huit mois, durant la dictature militaire dont il fut l'un des "disparus". 

"Cuisine et confessions" à Marseille (Théâtre du Gymnase) jusqu'au Samedi 6 décembre puis à Paris (La Cigale) à partir du 9 décembre

"Cuisine et confessions" : des chefs équilibristes...

"Cuisine et confessions" : des chefs équilibristes...

© Les 7 doigts de la main