Daniel Cordier - artoff1412.jpg

Daniel Cordier

Ecrivain

Daniel Cordier naît en 1920 à Bordeaux dans une famille bourgeoise, catholique et monarchiste. Militant de l’Action française, patriote, il veut s’engager en 1939 mais sa mère s’y oppose. D’abord favorable à Pétain, il vit l’armistice de juin 1940 comme une trahison et part pour Londres. Membre des services secrets de la France Libre, il est parachuté en 1942 et rencontre Jean Moulin à Lyon. Il sera son plus proche collaborateur jusqu’au guet-apens de Caluire le 21 juin 1943. Devenu à la Libération chef de cabinet d’André Dewavrin à la tête du contre-espionnage, il délaisse un avenir politique par amour de la peinture. Il prend des cours et fréquente l’atelier du peintre Yves Brayer. Collectionneur averti, découvreur de talents, il ouvre plusieurs galeries entre 1956 et 1964. Conseiller du Centre Pompidou depuis 1979, il lui a fait don d’une partie de sa collection d'art contemporain et non-occidental. Au début des années 1980, Daniel Cordier se tourne vers la recherche historique afin de défendre la mémoire de Jean Moulin. Il lui consacre une monumentale biographie en plusieurs volumes, parus entre 1989 et 1999. En 2004, il est signataire de l’Appel du 60ème anniversaire du CNR qui défend les acquis sociaux de la Libération. En 2009, il publie Alias Caracalla, le premier volume de ses mémoires.