Le budget à la Culture en hausse, sauf dans l'audiovisuel

Par @Culturebox
Mis à jour le 27/09/2017 à 19H25, publié le 27/09/2017 à 16H44
La ministre de la Culture Françoise Nyssen 

La ministre de la Culture Françoise Nyssen 

© Jean-Marc LOOS PHOTOPQR/L'ALSACE/MAXPPP

Le budget alloué à la Culture va augmenter globalement à près de 10 milliards d'euros en 2018, un niveau "jamais atteint", pour financer notamment le renforcement de l'éducation artistique et l'expérimentation du "pass culture", a annoncé mercredi la ministre Françoise Nyssen, tout en confirmant la baisse des crédits de l'audiovisuel public.

 9,9 milliards d'euros : une hausse de 0,4%

"Le président avait pris l'engagement pendant la campagne que le budget de la Culture serait maintenu. Sa promesse est tenue : les moyens atteindront 10 milliards d'euros, il s'agit d'un niveau qui n'avait encore jamais été atteint", a fait valoir la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, lors d'une conférence de presse.

Pour être exact, le budget 2018 de la Culture au sens très large (en incluant les sociétés de l'audiovisuel public, les aides fiscales au secteur et les taxes qui financent des organismes culturels comme le CNC) ressort en hausse de 0,4%, à 9,9 milliards d'euros, selon le ministère.

Mais "il a fallu faire des choix", a cependant concédé la ministre. Les crédits budgétaires du ministère augmentent de 0,7%, à 3,6 milliards. Cet effort permettra de financer les priorités de Mme Nyssen, conformément à sa feuille de route fixée par l'exécutif.

Ainsi, les sommes allouées à l'éducation culturelle et artistique grimpent à 114 millions d'euros, soit une hausse de 35 millions. "De la maternelle au lycée, la culture doit être au cœur de l'école et un fil directeur dans le parcours des enfants. Nous en ferons une réalité pour tous les enfants de la République", a assuré la ministre.

L'audiovisuel public en berne

Sur cette enveloppe, 5 millions serviront à préparer la mise en œuvre du "pass culture", qui figurait dans le programme d'Emmanuel Macron, avec le lancement "d'expérimentations" l'an prochain. Ce "pass" vise à aider les jeunes qui atteignent leur majorité à fréquenter les lieux artistiques et acheter des biens culturels.

En revanche, la ministre a confirmé la baisse des moyens alloués à l'audiovisuel public l'an prochain : 3,9 milliards, soit 36 millions d'euros de moins par rapport au budget 2017, et 80 millions par rapport aux engagements pris par l'ancien gouvernement.

De plus, Mme Nyssen a fermé la porte au retour de la publicité en soirée sur France Télévisions, qui aurait permis d'augmenter les ressources du service public, en assurant que la question "n'est pas à l'ordre du jour". De même, au ministère de la Culture, on assure que le gouvernement ne reviendra
pas sur l'interdiction de la publicité dans les programmes pour enfants de France Télévisions, mesure qui s'appliquera à partir de l'an prochain.

Les coupures dans l'audiovisuel public

Dans le détail, si les moyens de France 24 et Arte restent en augmentation, les crédits de France Télévisions vont diminuer de 29,8 millions en 2018 par rapport à cette année, soit 50 millions de moins que prévu dans son Contrat d'objectifs et de moyens. Toutefois, Mme Nyssen a souhaité que la création de programmes du groupe soit préservée.

Ceux de Radio France vont baisser de 16 millions (soit 20 millions de moins que prévu dans son COM), qui seront trouvés via le "décalage" du grand chantier de modernisation du siège du groupe radiophonique.