Le festival de Wissembourg s'accorde avec les jeunes prodiges du classique

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 19/08/2016 à 16H31
Lev Sivkov (à gauche) revient depuis 3 ans au festival de musique de Wissembourg. 

Lev Sivkov (à gauche) revient depuis 3 ans au festival de musique de Wissembourg. 

© capture d'écran France 3 / Culturebox

Plus de 25 concerts ont été organisés à l’occasion du 12ème festival de musique de Wissembourg dans le Bas-Rhin. Une édition qui réunit une majorité de jeunes prodiges de la musique classique, à découvrir jusqu’au 4 septembre.

Le festival de musique de Wissembourg a accueilli ce jeudi un concert gratuit pour promouvoir la musique classique. Un trio composé de musiciens âgés entre 19 et 30 ans, à la carrière internationale déjà bien remplie. Ils ont interprété au sein de la Nef, des pièces de Joseph Haydn, Beethoven et Tchaïkovski.

Des jeunes et une chaîne YouTube

Le festival mise en partie sur des jeunes artistes de la scène internationale pour assurer la continuité de l’évènement. Comme le violoncelliste de 26 an, Lev Sivkov originaire de Russie mais habitant en Allemagne. Fort d’une dizaine de prix internationaux, le jeune musicien revient à Wissembourg depuis maintenant trois ans. "Le festival grandit chaque année et devient de plus en plus important. C’est une vraie fête de la culture et la culture traverse des moments difficiles aujourd’hui. Donc c’est d’autant plus notre mission de pouvoir la faire prospérer malgré les difficultés", confie-t-il.

Reportage : C. Feix / C. Lepiouff / D. Morque

L’organisation du festival affiche clairement ses volontés d’évolutions avec la création d’une chaine YouTube en 2012. Cette année, la chaine FestivalWissembourg comptabilise plus d’un million de vues. La qualité est le maître mot de ce festival qui a lieu dans une région isolée culturellement.

Des prodiges de la musique classique internationale, un évènement qui grandit de jour en jour et une recherche de qualité constante, le festival de musique de Wissembourg ne serait-il pas un peu élitiste ? "Pas du tout", rétorque Hubert Wendel, le directeur du festival. "C’est justement l’idée, c’est pour ça que les prix sont extrêmement modiques. Les spectateurs sont très étonnés par les prix pratiqués à Wissembourg". De fait, le prix des billets plein tarif est plafonné à 20 euros.

Une aubaine pour les commerçants

Parmi les mécènes de la ville, le pâtissier Daniel Rebert a créé des pièces montées en chocolat à l’image du festival. "Il y a quand même des visiteurs qui viennent d’un peu partout en Europe, beaucoup de Suisses et d’Allemands, la frontière est juste à côté. C’est quand même le grand évènement de l’été à Wissembourg et comme il y a des concerts tous les jours, ça nous ramène du monde", confie-t-il.

Durant trois semaines, c’est plus de 4 500 visiteurs qui sont attendus au sein de la Nef, l’ancien couvent des Dominicains transformé en relais culturel. Le final sera interprété par l’orchestre symphonique de Mulhouse le 4 septembre.