Le danseur nîmois Yacin Doudi "Moreno" à l'affiche du festival Arte Flamenco

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 06/07/2016 à 14H04
Yacin Doudi Moreno au festival Arte Flamenco © France 3

Yacin Doudi "Moreno" se produira ce soir à Mont-de-Marsan dans les Landes dans le cadre de la 28e édition du festival Arte Flamenco. L'occasion de revenir sur le parcours atypique de ce danseur camarguais qui a quitté la France pour Séville où il a découvert un peu par hasard la danse et la culture gitane. Rencontre en Andalousie peu avant sa visite en France.

Rien ne prédestinait Yacin Doudi "Moreno", né Yacin Daoudi à devenir danseur de flamenco. Rien dans son ADN, rien dans son histoire. Le jeune homme, d'origine marocaine à grandi à Aigues-Mortes (Gard). Passionné de chevaux et de tauromachie, il part à Séville en 2005 à l'âge de 19 ans. "J'ai travaillé dans un restaurant et certains de mes collègues m'ont emmené dans des bars flamencos et c'est la que j'ai découvert les réunions flamencas" explique le danseur à Séville, sa terre d'adoption. 

L. Tachon  / J. Litvine / X. Granger

Disciple de José Galván

Et c'est ici, dans ces bars de Séville, que le Français croise la route de la famille Galvàn. Il devient alors le disciple du maestro, José Galvàn et adopte une nouvelle manière de vivre. "C'est au quotidien, c'est omniprésent, du lever au coucher, tout est flamenco". 10 ans plus tard, Yacin est totalement imprégné de cette culture. A Triana, le quartier de Séville berceau de cet art gitan, il a désormais toute sa place comme l'explique Lola, une amie andalouse "Nous l'avons adopté, c'est comme si il était notre enfant, comme s'il était d'ici".

"Parar, templar y mandar" comme un torrero

Dans son dernier spectacle "Parar, templar y mandar", présenté  dans le cadre du festival Arte Flamenco, Yacin Doudi "Moreno"revient à ses premières amours, celles qui l'avait poussé à partir à Séville, la tauromachie. Sur scène, au son des chants et de la guitare, il montre que dans le flamenco comme face au taureau, il n'y a pas de place pour la tricherie. 

Pour découvrir cet artiste atypique, rendez-vous ce mercredi 6 juillet à 21 heures devant l'hôtel de ville de Mont-de-Marsan. Le spectacle est gratuit