"Jazz in Marciac" : Bernard Cazeneuve présent sur le site du festival placé sous haute surveillance

Par @Culturebox
Mis à jour le 30/07/2016 à 11H56, publié le 29/07/2016 à 09H26
Ibrahim Maalouf, ici aux Vieilles Charrues (2016), jouera à Jazz in Marciac le 1 août.

Ibrahim Maalouf, ici aux Vieilles Charrues (2016), jouera à Jazz in Marciac le 1 août.

© FRED TANNEAU / AFP

Le festival de jazz incontournable s'est ouvert vendredi, à Marciac (Gers). Il est placé sous haute sécurité en raison du risque terroriste. Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve et la ministre de la Culture Audrey Azoulay ont fait le tour dans la journée du dispositif de sécurité mis en place.

Rendez-vous incontournable pour les adeptes de jazz, le festival Jazz in Marciac (Gers) ouvrait ses portes ce vendredi. Pour sa 39e édition, qui se tient jusqu'au 15 août, l'organisation attend entre 225.000 et 250.000 spectateurs. Environ 850 bénévoles seront présents.

En raison du risque terroriste, le festival est placé sous haute sécurité. "Toutes les dispositions conservatoires ont été prises pour assurer la sécurité de tous", a déclaré à l'AFP le maire de Marciac, Jean-Louis Guilhaumon, l'homme-orchestre du festival. Une semaine après l'attentat de Nice, le préfet du Gers avait décrété l'interdiction de survoler le bourg avec des drones pendant toute la durée de la manifestation. Il avait déclaré avoir pris cette décision en "considérant la gravité de la menace terroriste sur le territoire national à la suite des attentats perpétrés en France qui ont conduit le gouvernement à déclarer l'état d'urgence".

Le ministre de l'intérieur Bernard Cazeneuve, venu ce vendredi superviser (au côté de la ministre de la culture Audrey Azoulay) le dispositif de sécurité du festival, a déclaré qu'"il n'est pas de solution miracle qui permettrait de garantir aux Français le risque zéro" en matière d'attentats. "Nous ne pouvons gagner cette guerre que si nous restons ensemble confiants, unis et soudés", a ajouté le ministre devant un parterre des membres des forces de l'ordre chargés d'assurer la sécurité dans le village et sur le site de la manifestation.

Bernard Cazeneuve, sous le feu des critiques de la droite depuis l'attentat de Nice et celui de l'église de Saint-Etienne-de-Rouvray, a rappelé l'engagement du gouvernement de "tout mettre en oeuvre" pour assurer la protection des Français, ce qui "implique un travail sans trêve ni pause". Rendant hommage aux forces de l'ordre qui "sont aujourd'hui mobilisées partout sur le territoire" pour la sécurité des festivals et autres événements culturels, le ministre a insisté sur l'importance d'assurer "une présence physique sur le lieu même des manifestations pour pouvoir intervenir très vite s'il devait y avoir un incident et a fortiori une tuerie de masse". 

Renforts de gendarmerie, fouilles, déviation... 

De son côté, le président-fondateur de l'événement musical évoque des "dispositions spécifiques" prises après l'attentat de Nice, avec une "présence soutenue" des forces de l'ordre pour "protéger l'approche de Marciac, la place principale, le chapiteau et ses annexes au sein d'une enceinte complètement sécurisée". Aux côtés de renforts de gendarmerie et de la réserve Sentinelle décidée par le chef de l'Etat pour toutes les manifestations d'ampleur, des vigiles seront chargés de la fouille et de la détection d'objets illicites. Enfin, une déviation est mise en place pour les poids-lourds en amont du village de 1.250 âmes, et "des blocs de béton protègeront les axes principaux", a ajouté l'édile, en référence au camion qui a foncé dans la foule à Nice. 

Pour autant, le maire de Marciac souhaite préserver l'esprit de fête du festival dans "la période que nous vivons". "Je n'organise pas un festival sécurité mais un festival de musique", s'exclame le directeur artistique de l'événement.

Une soirée d'ouverture avec Diana Krall

Comme tous les ans, le festival fait la part belle aux pointures du jazz. Depuis 1978, Jazz in Marciac a accueilli Bill Coleman, Stan Getz, Dizzie Gillespsie… Dès vendredi, les festivaliers pourront entendre le timbre chaud de Diana Krall. Samedi, un duo étonnant sera sur scène pour un "concert unique en France", selon Jean-Louis Guilhaumon. Il s'agit du chanteur M et du pianiste israélien Yaron Herman, qui a déjà collaboré avec le rappeur Oxmo Puccino.

Les têtes d'affiches vont se succéder pendant une quinzaine de jours avec le trompettiste Ibrahim Maalouf (le 1 août), Lisa Simone – fille de Nina Simone (le 3 août), le groove du bassiste Kyle Eastwood – fils du cinéaste Clint Eastwood (le 5 août), ou encore Hugh Coltman pour un hommage à Nat King Cole (le 13 août).

Cette année, le pianiste de 86 ans Ahmad Jamal, qui avait décidé de se retirer, y jouera en exclusivité mondiale le 4 août. L'emblématique Dianne Reeves foulera aussi la scène de Jazz in Marciac pour la dixième fois, le 9 août. Le festival se clôturera avec la disco-funk des Earth, Wind and Fire, le 15 août.