Festival lyrique de Belle-Île-en-Mer : l'osmose entre amateurs et professionnels

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 05/08/2016 à 09H26
Les chanteurs de Belle île en mer avec les musiciens de l’Orchestre lyrique de Belle-Isle

Les chanteurs de Belle île en mer avec les musiciens de l’Orchestre lyrique de Belle-Isle

© capture d'écran France 3 / Culturebox

C’est une véritable rencontre entre amateurs et professionnels. Le festival lyrique de Belle-Île-en-Mer, qui se tient jusqu'au 19 août, a accueilli des artistes de l'opéra Bastille pour sa soirée d'ouverture le 27 juillet. Le Choeur lyrique de Belle-Ile a interprété pour la première fois dans le festival "Les Vêpres solennelles" de Mozart et "la messe en UT" de Beethoven.

Les chants lyriques résonneront pendant un mois sur Belle île en mer. Le festival lyrique a été créé en 1998 par le baryton basse américain Richard Cowan, décédé en novembre dernier. C’est la première fois que le directeur du festival Philip Walsh dirigera l’évènement seul. Un concert en hommage au fondateur sera donné le 17 août.

Reportage : A. Castier / J. Piron / N. Jacob / J. Ruelle / H. Tiercelin

 

Des professionnels loin des opéras

Une soprano arménienne, un ténor ukrainien et un pianiste italien sont venus à Belle-Île pour participer à ce festival qu’ils apprécient tout particulièrement. Pour l’ouverture de l’évènement, ils ont interprété une pièce de Gaetano Donizetti. Les trois artistes sont issus de l’atelier lyrique de l’opéra Bastille, la plus prestigieuse filière française de cet art. Même s'ils sont loin de la grande scène de l’Opéra de Paris, ils apprécient le festival pour sa proximité avec le public, comme l’explique Oleksiy Palchykov, le ténor ukrainien. "Ici c’est très intime. J’aime bien ça car il y a un vrai contact avec le public".

Une préparation toute l’année

Chaque année, 65 chanteurs de l’île se préparent et répètent pour interpréter les œuvres du festival . Pour cette édition, ce sont "Les Vêpres solennelles" de Mozart qui sont à l’honneur.
Quelques jours avant les premiers concerts, les chanteurs sont rejoints par des artistes lyriques et des musiciens professionnels. Une véritable rencontre s’opère selon les choristes amateurs comme Jean Barbeau. "Une bonne partie des chanteurs ne savent pas lire la musique, tout se fait à l’oreille. Toute une population de l’île peut chanter dans ce genre de concert qui n’est pas à notre portée et il faut bien tout l’appui des professionnel pour qu’on arrive à ça", explique-t-il.

Au fur et à mesure des éditions, les musiciens prennent plaisir à se mêler aux insulaires le temps d’un mois d’août lyrique. "Les artistes sont habitués à voyager partout dans le monde mais pour Belle-Île, il y a quelque chose de différent. Ils veulent participer au festival si ils sont libres car c’est vraiment particulier", raconte Phillip Walsh, le directeur du festival pour cette édition 2016. Cette année, c’est la première fois que Beethoven sera interprété avec la célèbre "messe en UT".

À noter : le festival se déroule encore jusqu’au 19 août.