A Rocamadour, la musique sacrée ouvre les cœurs en beauté

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 13/08/2016 à 11H19
Un festival qui renforce la dimension spirituelle de ce haut lieu de pèlerinage

Un festival qui renforce la dimension spirituelle de ce haut lieu de pèlerinage

© Pascal Deloche/picture-alliance / Godong/Newscom/MaxPPP

Rocamadour est l’un des plus beaux villages de France et un haut-lieu de pèlerinage. Une dimension spirituelle renforcée depuis onze ans avec le Festival de Musique sacrée. Durant trois semaines, des concerts et des stages sont proposés pour "élever les cœurs en beauté". Au programme de l’édition 2016 (jusqu’au 26 août) : Rossini, Mozart, Vivaldi mais aussi de jeunes ensembles professionnels.

Créé en 2006 par des amoureux du site et de musique sacrée, le festival de Rocamadour s’inscrit dans la tradition locale. Au Moyen Âge déjà, les troubadours chantaient les miracles de la Vierge noire du village. Le site a aussi été marqué par la conversion ici même, le 22 août 1936, du compositeur Francis Poulenc (on fête cette année les 80 ans de cette conversion), qui allait le conduire par la suite à créer des œuvres sacrées majeures.

Dans ce lieu où se côtoient à la fois touristes et pèlerins (au total, 1 million et demi de visiteurs), la musique apporte un supplément d’âme qui exalte la dimension spirituelle des lieux et ne laisse personne indifférent. D'après Emmeran Rolli, organiste et directeur artistique du festival, "en vacances, on se laisse toucher plus facilement par beaucoup de choses".

Reportage : N. Hayter / N. Salem / J. Vidal / V. Lejeune

Sept siècles de musique

Jusqu’au 26 août à Rocamadour, ce sont sept siècles de musique qui vont résonner au cœur du village marial. Chants grégoriens, baroque, Renaissance, romantisme, créations contemporaines... tous les registres sont abordés. Le Festival accueille aussi bien de grands artistes, des ensembles et solistes de renommée internationale que de jeunes talents qui viennent à peine d’achever leur formation. Dix grandes soirées sont prévues au sein de la Basilique Saint-Sauveur réputée pour son acoustique exceptionnelle.  Au programme, des chefs-d’œuvres intemporels de la musique sacrée : la "Petite Messe solennelle" de Rossini (qui a fait l’ouverture du festival le 5 août dernier), le "Requiem" de Mozart ou encore le "Gloria" de Vivaldi dirigé par Hervé Niquet.

Soutenir les jeunes formations

Dénicheur de pépites, le festival de Rocamadour met tout en oeuvre pour soutenir les jeunes formations. En avril dernier, les organisateurs ont lancé une campagne de crowdfunding sur la plateforme Dartagnans.fr, spécialisée dans la préservation du patrimoine. Objectif : permettre la création d’un ensemble musical. Cette année, c’est l’ensemble La Pellegrina, spécialiste du répertoire baroque allemand, qui a pu voir le jour et se faire connaître des festivaliers.

Hommage à Francis Poulenc

L’an dernier, la même démarche de soutien avait permis la création de l’ensemble Exosphère. Dirigé par Jean-Philippe Billmann, c’est lui qui interprètera le 19 août prochain l’oeuvre commandée tout spécialement par le festival de Rocamadour au compositeur Christopher Gibert. Une œuvre qui rendra hommage à Francis Poulenc et aux 80 ans de sa conversion catholique à Rocamadour.