Charlie Hebdo : le dessinateur Riss devrait succéder à Charb

Par @Culturebox
Mis à jour le 20/01/2015 à 11H46, publié le 19/01/2015 à 16H24
Le dessinateur Riss en 2007.

Le dessinateur Riss en 2007.

© Julien Cassagne / IP3 Press / MaxPPP

Le dessinateur Riss, blessé dans l'attentat contre Charlie Hebdo le 7 janvier, devrait sortir mardi de l'hôpital et devenir directeur de la publication du journal satirique, succédant à Charb qui a été tué dans l'attentat, a-t-on appris lundi auprès du journal. A noter que Riss est l'invité du journal de 20h de David Pujadas sur France 2 mardi 20 janvier.

Le prochain numéro de Charlie Hebdo promis le 4 février

Riss, alias Laurent Sourisseau, blessé à l'épaule droite dans l'attaque qui a fait 12 morts, était directeur de la rédaction de Charlie Hebdo depuis 2009 et codirigeait le journal avec Charb.

"Il y avait deux patrons à Charlie Hebdo: Charb et Riss. Charb n'est plus là mais Riss devrait sortir de l'hôpital lundi. Evidemment qu'on l'attend tous", avait déclaré la semaine dernière le rédacteur en chef Gérard Biard, à la veille de la parution du nouveau Charlie Hebdo.

Avant de redémarrer avec Riss (48 ans) aux commandes, les rescapés de Charlie Hebdo comptaient prendre deux semaines de repos avant de sortir un nouveau numéro, probablement le 4 février.

D'ici là le numéro "des survivants" restera en vente. Paru le 14 janvier avec une caricature de Mahomet en Une, il suscite depuis sa sortie des manifestations, parfois violentes, dans certains pays musulmans.

L'actuel rédacteur en chef explique la démarche et la dernière une de Charlie

Dans une interview diffusée dimanche sur la chaîne américaine NBC, Gérard Biard a défendu la dernière une de Charlie Hebdo. "Chaque fois que nous faisons un dessin de Mahomet, chaque fois que nous faisons un dessin de prophètes, chaque fois que nous faisons un dessin de Dieu, nous défendons la liberté de conscience.", a-t-il assuré.

"Nous sommes convaincus que la religion n'a pas sa place dans le discours politique parce que si la religion met le pied dans le discours politique, le discours politique devient totalitaire", a-t-il estimé. "La laïcité est le garant de la démocratie, c'est le garant de la paix. La laïcité permet à tous les croyants et aux autres de vivre en paix."

"Nous ne défendons qu'une seule chose: la liberté, notre liberté, la laïcité, la liberté de conscience, la démocratie", a souligné Gérard Biard. "Nous ne tuons personne. Il faut arrêter de confondre les assassins et les victimes. (...) Nous ne sommes pas des guerriers."

Riss a signé un dessin depuis son lit d'hôpital

Riss, encore hospitalisé, a participé au numéro en vente actuellement: il a dessiné deux croquis de la main gauche, dont l'un qui montre un dessinateur et un terroriste armé, avec comme légende "dessinateur à Charlie Hebdo , c'est 25 ans de boulot, terroriste, c'est 25 secondes de boulot - Terroriste, un métier de feignant et de branleur".

Entre dons et recettes du numéro du 14 janvier, tiré à 7 millions d'exemplaires, Charlie Hebdo devrait réunir plus de 10 millions d'euros.