Abd al Malik : "Les caricatures de Charlie ont contribué à l'islamophobie"

Par @Culturebox
Mis à jour le 25/02/2015 à 12H21, publié le 25/02/2015 à 11H29
Abd al Malik en novembre 2014

Abd al Malik en novembre 2014

© FREDERICK FLORIN / AFP

Les caricatures de Charlie Hebdo (dont le nouveau numéro sort ce mercredi 25 février) ont contribué à la progression de l'islamophobie en France, estime le rappeur strasbourgeois Abd al Malik. Dans "Place de la République" (Indigène Editions), un petit livre qui vient de sortir, ce chantre du vivre-ensemble plaide pour une "spiritualité laïque".

"Soyons honnête, dans notre pays, les caricatures de Charlie Hebdo (certes acte démocratique par excellence parce qu'éclatant symbole de la liberté d'expression) ont clairement contribué à la progression de l'islamophobie, du racisme et de la défiance envers tous les musulmans", déplore le poète, musicien et cinéaste, dans ce texte d'une vingtaine de pages intitulé "Place de la République" (Indigène Editions).

L'islam de France, discriminé et insulté, selon Abd al Malik

"Évidemment solidaire" des victimes des attentats sanglants de janvier, qu'il qualifie de "barbarie abominable", l'artiste estime cependant que "lorsque l'on défend la liberté de la presse", "il ne faut pas oublier le rapport de force (...) entre celui qui l'exerce et celui qui la subit". "Finalement les musulmans, bien avant les premières caricatures de Charlie Hebdo, étaient déjà fortement discriminés dans notre pays", analyse le rappeur, qui l'an dernier a adapté lui-même au cinéma son livre "Qu'Allah bénisse la France".
"Place de la République" de Abd al Malik © Indigène Editions
"Dans les faits, la République ne nous traite pas tous comme ses enfants", déplore encore l'artiste, qui a grandi dans une banlieue dite "sensible" -  celle du Neuhof à Strasbourg - où il a été à la fois un élève brillant et un délinquant, puis une star du rap mue par un islam mystique, prônant un vivre  ensemble pacifié.

Pour une "démocratie spirituelle"

"Déconsidérée", la deuxième religion de France se fait "insulter" et est "systématiquement caricaturée", ajoute Abd al Malik, pour qui "les musulmans (ont) le sentiment que l'on veut construire une France avec eux, à condition qu'ils ne le soient plus".

"Revaloriser l'islam en tant que spiritualité est la meilleure façon de lutter contre l'intégrisme", plaide encore le rappeur, qui prône une "démocratie spirituelle", en ce sens que "tous les citoyens, qu'ils croient en Dieu ou pas, ont en partage" une spiritualité. 

"Place de la République, pour une spiritualité laïque", par Abd al Malik, Indigène éditions. 3,90 EUR