50 millions d'euros d'économies pour le budget de la Culture

Par @Culturebox
Mis à jour le 18/07/2017 à 18H51, publié le 18/07/2017 à 18H47
La ministre de la Culture Françoise Nyssen, à la sortie du Conseil des ministres le 12 juillet 2017.

La ministre de la Culture Françoise Nyssen, à la sortie du Conseil des ministres le 12 juillet 2017.

© PIERRE VILLARD/SIPA

La création ne sera pas affectée par les 50 millions d'économies annoncées par le gouvernement et portant sur la gestion du ministère de la Culture, a cependant assuré mardi 18 juillet la ministre, Françoise Nyssen, lors d'une audition à l'Assemblée nationale.

La ministre a tenté d'apaiser la gronde. Il y a une semaine, le ministre de l'Action et des comptes publics Gérald Darmanin annonçait 50 millions d'euros d'économies pour le ministère de la Culture, dans le cadre des restrictions budgétaires. Mardi 18 juillet, à l'Assemblée nationale, Françoise Nyssen l'a assuré : la création ne sera pas affectée par ces 50 millions d'économies.

Des économies sur la gestion du ministère

Il n'y aura "rien qui sera touché en termes d'engagement. Il s'agit seulement de lignes budgétaires non utilisées ou de reports des années antérieures", a affirmé la ministre."Ca n'affecte pas le soutien au spectacle, ni les politiques culturelles", a-t-elle répondu aux questions des parlementaires de la commission des Affaires culturelles.

Ces économies s'inscrivent dans le cadre du plan du gouvernement, qui veut réaliser 4,5 milliards d'euros d'économies en 2017, afin de contenir le déficit public sous les 3% du PIB, sans diminuer les effectifs de fonctionnaires ou les minima sociaux. 

Inquiétudes du monde de la culture

Cette annonce a suscité des inquiétudes dans le monde de la culture, notamment dans les milieux du théâtre présents à Avignon et auprès des directeurs de centres d'art dramatique. Dimanche, l'ex-garde des Sceaux Christiane Taubira avait dénoncé dans un entretien au Monde "une vision gestionnaire, étriquée, à courte vue et périlleuse du budget de la culture", qu'elle juge "modeste". Ce même jour, la directrice générale de la création artistique (DGCA) au ministère de la Culture, Régine Hatchendo, avait soulevé l'indignation lors de sa traditionnelle rencontre avec les directrices et directeurs des centres dramatiques nationaux, en déclarant : "Votre modèle économique est à bout de souffle".

En plus des économies annoncées, les professionnels de la culture craignent que les efforts demandés aux collectivités territoriales (qui vont devoir réaliser 13 milliards d'euros d'économies d'ici à 2022) aient des retombées négatives sur le financement de la culture.

"On va essayer de travailler pour que le budget de l'année prochaine soit tout à fait cohérent avec les engagements pris, il y a une vraie réflexion (sur) comment le maintenir ou même, on l'espère, l'améliorer", a ajouté la ministre devant les parlementaires.

Dans son discours d'introduction, Françoise Nyssen a souligné ses priorités, en particulier la diversité culturelle, l'éducation artistique et l'accès à la culture. "Nous ferons de la France une terre d'accueil, pour les artistes du monde entier, menacés parce qu'ils créent", a-t-elle également affirmé sans toutefois donner davantage de précisions sur les initiatives qui pourrait prendre la France. La ministre s'est également voulue rassurante sur le régime des intermittents, le qualifiant de "système vertueux et solidaire" et assurant quil "est indispensable de préserver le régime spécifique d'assurance chômage".