Vidéo : Les Eagles of Death Metal racontent l'enfer mais ont hâte de rejouer au Bataclan

Par @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Mis à jour le 01/12/2015 à 12H33, publié le 26/11/2015 à 12H24
Josh Homme et Jesse Hugues de Eagles of Death Metal.

Josh Homme et Jesse Hugues de Eagles of Death Metal.

© saisie écran / Vice

Le groupe américain Eagles of Death Metal était sur scène le 13 novembre lorsque les terroristes ont pris d'assaut le Bataclan, faisant au moins 89 morts. Tous les membres du groupe s'en sont sortis indemnes mais ils ont perdu un collaborateur et sont visiblement choqués. Pourtant, dans une longue interview à voir ci-dessous, ils disent vouloir être les premiers à rejouer au Bataclan.

Témoignages bouleversants

Dans cette interview en deux parties réalisée par Vice aux Etats-Unis, les membres du groupe - le chanteur et guitariste Jesse Hugues, le bassiste Marr McJunkins, le guitariste Eden Galindo, le batteur Julian Dorio et l'ingénieur du son Shawn London - racontent comment ils ont géré l'horreur et sont parvenus à s'enfuir de l'enfer.

"Au début j'ai cru que les hauts parleurs crépitaient", témoigne le guitariste Eden Galindo "puis je me suis très vite rendu compte que c'était pas ça. A ce moment là, Jesse (Hugues, chanteur et guitariste) a couru vers moi et nous sommes allés sur le côté de la scène. On ne savait pas s'ils nous ciblaient, on ne savait pas ce qui se passait".

"Il a brandi son fusil sur moi"

Remarquant qu'un des assaillants était à cours de cartouche et rechargeait son fusil, ils en ont profité pour quitter la scène et monter dans la loge à l'étage chercher Tuesday, la compagne du chanteur, mais elle n'était pas là et ils ont dû rebrousser chemin. Jesse raconte que lorsqu'il a ouvert la porte du couloir, il a vu le tireur.

"Il a brandi son fusil sur moi et le canon du fusil a frappé l'encadrement de la porte." De son côté, le bassiste Matt raconte s'être caché derrière le rideau de scène puis s'est retranché avec des fans dans une petite pièce, barricadée de l'intérieur avec des chaises.

Hommage à la solidarité des fans

Un témoignage absolument bouleversant dans lequel ils rendent tous hommage au courage et à l'héroisme des fans et de toutes les personnes présentes ce soir là, qui se sont montrées solidaires des blessés comme du groupe. "Si tant de gens sont morts", estime Jesse, "c'est parce qu'ils ne voulaient pas abandonner leurs amis. Beaucoup de gens se sont mis devant d'autres". 

Un héroïsme qu'ils comptent honorer à leur façon, en revenant jouer à Paris.

"Hâte de rejouer à Paris"

"J'ai hâte de retourner à Paris. J'ai hâte de jouer, je veux y retourner", dit le chanteur Jesse, en larmes, à 19 minutes de cette vidéo. "Je veux que nous soyions le premier groupe qui jouera au Bataclan pour sa réouverture." Pourquoi ? "Parce que j'étais là quand tout est devenu silencieux. Nos amis sont venus écouter du rock'n'roll et ils sont morts. Je veux y retourner et vivre."

Josh Homme a suivi l'horreur en direct depuis les USA

Josh Homme, le leader de Queens of the Stone Age, qui est aussi fondateur des Eagles of Death Metal, n'était pas avec eux ce soir là. Mais, depuis son studio aux Etats-Unis, il a été l'un des tout premiers informés, par sms, durant le drame.

"Nous sommes sous les projecteurs parce que nous jouons dans le groupe. Mais nous représentons les fans qui ne sont pas sortis et dont les histoires ne seront peut-être pas racontées", dit-il, visiblement très ému.

Il ajoute qu'il souhaiterait pouvoir parler aux parents de tous les disparus dont il écrit les noms sur des feuilles, tout en admettant ne pas savoir ce qu'il dirait. "Je veux juste me mettre à genoux" car "il n'y a pas de mots pour décrire cela et peut-être même qu'il ne devrait pas y en avoir".

"Quelque chose de bien va arriver"

Le groupe, qui avait annulé tout le reste de sa tournée à son retour aux Etats-Unis, assure maintenant vouloir reprendre la route. "On n'a pas vraiment le choix. On doit finir cette tournée. Pas seulement pour nous et nos fans. Pas seulement pour Nick Alexander (leur responsable commercial qui a perdu la vie au Bataclan), pas seulement parce que c'est notre manière de vivre", estime Josh Homme.

Il explique vouloir "recruter des gens pour prendre part à la vie, pour être des citoyens de la Terre", et dit avoir le sentiment, après tous les témoignages de solidarité, que c'est "l'occasion de tous nous rassembler" et que "quelque chose de bien va arriver".