Lenny Kravitz très concerné par les attentats de Paris

Par @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Mis à jour le 20/11/2015 à 13H30, publié le 20/11/2015 à 13H08
Lenny Kravitz en 2013.

Lenny Kravitz en 2013.

© Frazer Harrison / Getty Images / AFP

L'auteur de "Let Love Rules" n'était pas à Paris vendredi 13. Mais Lenny Kravitz connait bien la capitale : il est un résident parisien à mi-temps, lorsqu'il n'est pas aux Bahamas. Les attentats l'ont profondément touché, dit-il. Pour lui, le monde entier est visé.

Le musicien connaît bien le Bataclan

"Paris est ma seule ville de résidence. C'est là où j'ai ma maison", explique Lenny Kravitz à Rolling Stone. "Mes amis vont sans arrêt dans ce restaurant cambodgien ("Le Petit Cambodge" qui a été l'une des cibles des attaques). J'ai été plusieurs fois au Stade de France, pour des concerts ou un match. J'ai joué sur la scène du Bataclan. J'ai été à des concerts là bas.", précise-t-il. "Le dernier concert que j'y ai vu c'était les Black Keys et j'étais au balcon. C'est une institution."

Il a été informé très tôt du carnage

Lenny Kravitz explique avoir su ce qu'il se passait au Bataclan avant même d'entendre les informations : un ami à Paris, qui avait reçu un texto d'un proche se trouvant à l'intérieur de la salle, l'a tout de suite prévenu. "Les détails étaient glaçants. (…) Une personne qui avait travaillé sur ma dernière tournée a été blessée, et celle qui était avec elle a été tuée. Ils travaillaient pour les Eagles of Death Metal. Elle (la survivante) a écrit comment elle avait été obligée de faire la morte tout du long, allongée au milieu des cadavres".

"Priez pour le monde"

"Qu'il s'agisse de personnes que je connaissais ou non, cela touche une corde sensible chez moi et me préoccupe profondément. Je pense que cela aurait pu se passer n'importe où", dit encore Lenny Kravitz. "Je ne crains pas de retourner à Paris. J'étais à New York pour le 11 septembre. Les choses ont repris leur cours. Mais en général je pense que la vie est en train de changer. (…) Ce n'est pas juste "Priez pour Paris" – c'est "Priez pour le monde".