Voyage au pays des Hobbits, un business très lucratif pour la Nouvelle-Zélande

Par @Culturebox
Mis à jour le 13/12/2014 à 13H57, publié le 13/12/2014 à 13H52
"Hobbiton", le village des hobbits, est devenu l'un des sites les plus visités de Nouvelle-Zélande

"Hobbiton", le village des hobbits, est devenu l'un des sites les plus visités de Nouvelle-Zélande

© Culturebox / Capture d'écran

Rarement des films auront eu un tel impact sur un pays. Depuis la sortie du premier épisode de la trilogie du "Seigneur des anneaux" en 2001, le tourisme a doublé en Nouvelle-Zélande. Aujourd’hui un visiteur sur cinq affirme venir pour marcher sur les traces des héros de Tolkien

Reportage France 2 : 
Quand il y a plus de dix ans le réalisateur Peter Jackson choisit les spectaculaires paysages de son pays, la Nouvelle-Zélande, pour tourner la trilogie du "Seigneur des anneaux", personne ici n’imaginait l’ampleur du phénomène à venir et les retombées économiques pour ce petit pays particulièrement isolé géographiquement.
 
Les deux trilogies de Jackson, "Le seigneur des anneaux" et "Le Hobbit" dont le dernier volet vient de sortir, ont été vues par des centaines de millions de personnes. Et depuis les touristes déferlent du monde entier pour marcher dans les pas des hobbits et découvrir les différents lieux de tournage.
 
Pour 4000 euros par personne, ces fans inconditionnels (certains arrivent déguisés comme leur héros)  parcourent durant deux semaines la Nouvelle-Zélande, alimentant ce que l’on appelle ici le "business du Hobbit". Un business de plus en plus juteux pour les organisateurs de circuits et propriétaires privés de lieux où Peter Jackson a posé ses caméras. En tout, 166 sites différents revendiquent un lien avec les films.
 
Des lieux devenus cultes pour certains comme "Hobbiton" le village des hobbits, avec ses petites maisons désormais légendaires, qui est devenu le parc d’attraction le plus rentable de Nouvelle-Zélande et l’un des sites les plus visités du pays.
Vue aérienne de "Hobbiton"

Vue aérienne de "Hobbiton"

© Stephen Barker / Rex Features