Michel Galabru : le comédien timide avait gardé les doutes qui l'ont assailli toute sa vie

Par @Culturebox
Mis à jour le 05/01/2016 à 19H18, publié le 05/01/2016 à 19H15
Carrière exceptionnelle pour un acteur capable de s'adapter à tous les styles cinématographiques

Carrière exceptionnelle pour un acteur capable de s'adapter à tous les styles cinématographiques

© edp-culturebox

Au début de 2012, sur la scène du Théâtre Hébertot à Paris, Michel Galabru avait retrouvé les habits d'Aimé Castanier, le boulanger à la fois sublime et pathétique issu de la souriante comédie humaine de Marcel Pagnol. Dans ce rôle qu'il avait repris régulièrement depuis 1985 et qui lui allait comme un gant, le comédien faisait merveille, une fois de plus, dans la lignée de Raimu au cinéma.

A l'origine pourtant, Michel Galabru l'avait refusé à Marcel Pagnol, par peur de la comparaison avec son glorieux ainé. C'est une constante dans la carrière au long cours de l'artiste. Malgré son expérience, malgré sa popularité auprès du public et malgré un talent protéiforme qui lui permettait d'accomplir le grand écart, entre l'adjudant Gerber dans la série des "Gendarmes de Saint-Tropez" et Joseph Bouvier, l'assassin enragé du film de Bertrand Tavernier, Michel Galabru doutait de lui même. Il affirmait même ressentir en scène certains soirs son impuissance.

"Je suis timide malgré les apparences... Je fais le malin mais je suis timide... Et le type qui tonitrue, c'est un mec qui a peur !".

Et de nous détailler ce soir là les angoisses d'un métier qui l'aidait à vivre sous les masques d'une carrure robuste,associée à une voix retentissante. 

Entretien enregistré le 17 Janvier 2012. Michel Vial - Samuel Guibout - Fanny Menin

Il aimait faire rire tout en étant conscient que les larmes n'étaient jamais loin. L'iconoclaste truculent dissimulait en fait un être foncièrement pessimiste, reprenant à son compte la phrase de Voltaire "Il faut pleurer les hommes à leur naissance et non à leur mort."

Michel Galabru n'avait pas peur de la mort. Il rêvait de s'en aller dans son sommeil, sans s'en rendre compte. Sur ce point, il a été exaucé.

Dessin d'Elisabeth de Pourquery