"Un homme qui crie" de Mahamat-Saleh Haroun à Cannes

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 17/05/2010 à 09H05
"Un homme qui crie" de Mahamat-Saleh Haroun à Cannes

"Un homme qui crie" de Mahamat-Saleh Haroun à Cannes

© Culturebox

L'Afrique sub-saharienne en compétition officielle à Cannes. C'est la première fois depuis 13 ans. Un honneur pour Mahamat-Saleh Haroun, le réalisateur tchadien de "Un homme qui crie".  Un drame autour de la déchéance d'un homme alors que le pays est en proie à la guerre civile.

Treize ans après "Kini et Adams" du burkinabé Idrissa Ouedraogo qui représentait l'Afrique sub-saharienne en 1997 en compétition officielle du festival de Cannes, "Un homme qui crie" de Mahamat-Saleh Haroun remet sous les feux des projecteurs cette région politiquement instable.
Après "Bye-bye Africa"et "Abouna et Daratt", "Un homme qui crie", le dernier film de Mahamat-Saleh Haroun  est une nouvelle plongée dans la guerre au Tchad et la relation père-fils. Deux thématiques récurrentes dans l'oeuvre du réalisateur Tchadien. Dans cette fiction, le héros n'hésitera pas à sacrifier son fils pour maintenir une position sociale dérisoire (il est maître-nageur) avant de se lancer dans une quête réparatrice. Une histoire comme un prétexte qui fait appel à tous ce que vit le Tchad aujourd'hui. Car ce film s'inscrit dans la douloureuse réalité de ce pays. Corruption, mainmise de Chinois sur les ressources du pays, contrôle de la population par les sbires du régime. La menace rebelle qui pèse sur les protagonistes de ce film est celle que vivent les Tchadiens au quotidien. Une violence dont Mahamat-Saleh Haroun tente de se faire l'écho.

A voir aussi sur Culturebox : l'autre festival de Cannes, le Festival international du film Panafrician

Retrouvez le Festival de Cannes sur France 3.fr