Oscars: Farhadi n'entend pas émigrer mais fera son prochain film hors d'Iran

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 10/03/2012 à 11H24
La photo du réalisateur iranien Asghar Farhadi dans la vitrine d'une librairie à Téhéran

La photo du réalisateur iranien Asghar Farhadi dans la vitrine d'une librairie à Téhéran

© Behrouz Mehri / AFP

Le cinéaste iranien Asghar Farhadi, qui a remporté un Oscar pour son film "Une séparation", a affirmé samedi qu'il ne quitterait "jamais" l'Iran malgré sa nouvelle célébrité, même s'il va réaliser son prochain film à l'étranger.

"J'aime mon pays et je n'émigrerai jamais", a déclaré le réalisateur cité  par l'agence officielle Irna à son retour à Téhéran.

Asghar Farhadi, âgé de 40 ans, a toutefois indiqué qu'il était "sur le point de  faire un film à l'étranger", en référence à un projet en préparation en France  avec la société de production française Memento Films qui assure déjà la  distribution internationale d'"Une séparation".

 

 

Selon les indications fournies par la presse iranienne, ce futur film devrait être tourné à Paris avec l'acteur français Tahar Rahim, révélé en 2009 dans "Le Prophète" de Jacques Audiard, et raconter une histoire d'amour entre une jeune femme iranienne et un jeune d'origine nord-africaine.

"Une Séparation" a reçu le 27 février à Hollywood l'Oscar du meilleur film  étranger, une première pour le cinéma de la République islamique qui a provoqué une vague de fierté en Iran à laquelle même les autorités ont tenu à s'associer.

Le film avait toutefois failli ne pas se faire, le tournage ayant été suspendu une dizaine de jours à l'automne 2010 par les autorités en représailles aux interventions d'Asghar Farhadi en faveur de cinéastes emprisonnés ou mis à l'index pour leur hostilité supposée au régime islamique.

Asghar Farhadi a dédié son Oscar au "peuple iranien qui respecte toutes les  cultures et civilisations et méprise l'hostilité et la rancoeur".