Les Brick Movies, la fureur des films en Lego sur Internet

Par @Culturebox
Mis à jour le 26/12/2014 à 15H50, publié le 26/12/2014 à 15H42
Le tournage d'un film en Lego

Le tournage d'un film en Lego

© France 3 / Culturebox

Les films d'animation en Lego se multiplient sur Internet. Tournés à la maison par des internautes souvent très jeunes, ils proposent des scénarios originaux ou des pastiches de films célèbres. Certains d'entre deux affichent des millions de vues au compteur. Un espace de création quasi infini qui demande beaucoup de rigueur mais peu de moyens.

Il y a déjà quelques années, on a vu apparaître les pastiches Lego de la Guerre des Etoiles. Darth Vader avait certes perdu son caractère impressionnant, mais au bout de quelques instants la magie revenait et on était bien dans l'univers de la saga de George Lucas. Peu à peu, et avec le developpement des technologies de prise de vue numérique ainsi que la démocratisation de leurs prix, le tournage de ces films est devenu beaucoup plus abordable. Il nécessite cependant  une bonne compréhension de l'animation filmée image par image (la pixilation utilisée depuis 1906 dans le cinéma) et une bonne dose de rigueur, la moindre erreur pouvant ruiner un effet de mouvement.

Reportage : L. Bellili / O. palomino / V. Mochi
L'engouement pour ces petits films bricolés mais souvent de très bonne qualité fait que certains d'entre eux sont vu plusieurs millions de fois sur les plateformes vidéo d'Internet. Les réalisateurs de ces films de plus en plus ambitieux ne se cantonnent plus au pastiche des films célèbres. Certains imaginent des scénarios originaux et inventent leur propre univers. 

Pour ce qui est des réalisations personnelles, voici l'exemple du remake en Lego d'un des plus célèbres clips musicaux, celui de Thriller, de Michael Jackson. Près de trois millions de personnes l'ont visionné. Son auteur a pris 3500 clichés pour réussir cet exploit.

Les producteurs des Simpsons ont même eu l'idée de réaliser l'un des épisodes de la vie de la famille américaine déjantée à l'aide de Legos.
Quant à la firme Lego elle-même, elle a décidé de surfer sur cette vague en produisant son propre film aux moyens disproportionnés et sans doute tourné avec d'autres techniques, plus sophistiquées que la pixilation.