L'histoire du prêtre pédophile Marcial Maciel portée à l'écran

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 16/08/2012 à 09H14
Le prêtre Marcial Maciel (au centre) célébrant la messe du 15 août en 2006 à Mexico

Le prêtre Marcial Maciel (au centre) célébrant la messe du 15 août en 2006 à Mexico

© www.legionariesofchrist.org/AFP

L'histoire de l'influent prêtre mexicain Marcial Maciel, accusé d'avoir abusé sexuellement de mineurs et d'avoir eu une double vie avec femmes et enfants, est en train d'être tournée dans le plus grand secret au Mexique.

Décédé en janvier 2008 à l'âge de 87 ans, Maciel avait été le fondateur de l'ordre des Légionnaires du Christ, présent dans 22 pays avec en particulier des collèges et des universités. A partir de 1997, plusieurs de ses anciens élèves et étudiants avaient révélé avoir été abusés sexuellement par ce prêtre influent au Vatican dans les années 90.

"Ce n'est pas seulement le cas d'un individu, car il en existe d'autres qui ont profité de leur mission pour commettre des abus. C'est aussi une question de comportement institutionnel de couverture de ces abus, et c'est cela qui sera clair dans le film", a expliqué à l'AFP l'ancien prêtre Alberto Athié.

Il est le coauteur d'un livre intitulé "La volonté de ne pas savoir", qui a inspiré le scénario du film et qui traite en particulier de la protection dont a bénéficié Maciel de la part de l'Eglise catholique pendant plusieurs années. Il sert de conseiller pour la réalisation d'"Obéissance parfaite" de Luis Urquiza, producteur et metteur en scène du film dont le tournage a commencé en juillet dans un lieu gardé secret. Alberto Athié a renoncé à son ministère en 2000 pour devenir l'un des principaux dénonciateurs de prêtres pédophiles. Il soutient que le Vatican, et notamment l'actuel pape Benoît XVI, a toujours été au courant des abus sexuels de Maciel.

Après des années de démentis de la part de l'Eglise, le Vatican a ouvert une enquête en 2004 qui aboutit en 2006 avec la démission de Maciel de la direction des Légionnaires du Christ. Le prêtre a été contraint de se retirer pour mener "une vie de prière et de repentance".

Le porte-parole de l'archidiocèse de Mexico, Hugo Valdemar ne donne pas d'opinion sur un film dont il ne connaît que le projet. "L'Eglise évidemment n'applaudit pas ce genre de film", a-t-il déclaré à l'AFP. "C'est une histoire très honteuse pour nous, mais nous sommes dans une société où il y a une pleine liberté d'expression".