Succès brésiliens au festival de film de Biarritz : "Aquarius" et un premier film primés

Par @Culturebox
Publié le 02/10/2016 à 17H40
Autour d'Alfredo Arias, le jury et les primés du festival Biarritz Amérique Latine (2 octobre 2016)

Autour d'Alfredo Arias, le jury et les primés du festival Biarritz Amérique Latine (2 octobre 2016)

© Nicolas Mollo / AFP

L'"abrazo", prix du meilleur film du 25e festival "Biarritz Amérique latine" a été attribué samedi à Marília Rocha, réalisatrice brésilienne, pour son premier film "A cidade onde envelheço" et le prix du jury à Kleber Mendonça Filho, cinéaste également brésilien, pour "Aquarius".

"A cidade onde envelheço" (la ville où je vieillis) relate la profonde amitié de deux femmes.
 
 "Aquarius", actuellement à l'affiche dans les salles françaises, et salué par la critique, est interprété par Sonia Braga. Il relate le combat d'une femme qui refuse de céder son appartement à une société immobilière. Ce film a été doublement récompensé à Biarritz puisque le prix d'interprétation féminine a été attribué à l'actrice principale pour le rôle de Clara.
 
Le prix d'interprétation masculine a été attribué à l'Argentin Alejandro Sieveking pour le rôle d'Evans dans "El invierno", un film en compétition pour l'Argentine.
"A cidade onde envelheço" de Marília Rocha, la bande-annonce

Deux prix aussi pour leurs courts métrages
Le Brésil  a également obtenu deux prix dans la catégorie courts métrages : le Prix TV5 Monde attribué à Alois Di Leo pour "Caminho dos gigantes" et une "Mention spéciale" décernée à Gui Campos pour "Rosinha".
 
L'abrazo du meilleur court métrage revient à "El Eden" du  Colombien Andres Ramirez Pulido.
 
Le Prix du public a distingué "El Amparo" du réalisateur vénézuélien Rober Calzadilla. Un film inspiré d'un fait réel qui s'est produit en 1988. Il relate le combat pour leur survie de deux hommes, victimes d'une attaque armée à la frontière entre le Vénézuela et la Colombie.
"Aquarius" de Kleber Mondonça Filho, la bande-annonce

Un documentaire colombien primé

Le Prix de la critique a distingué le premier film de l'Argentin Emiliano Torres, "El invierno", l'histoire d'un homme contraint de partir à la retraite, et sa lutte contre l'isolement social.
 
Dans la catégorie documentaire, le premier prix a été attribué au film colombien "Nueva Venecia" d'Emiliano Mazza de Luca. Il raconte comment les habitants d'un petit village tentent de récupérer leur seul  lieu de rencontre  et de rassemblement, le terrain de football.
 
Ce palmarès a été délivré par un jury présidé pour les longs métrages par l'Argentin Alfredo Arias, metteur en scène, comédien et dramaturge.
 
Le festival Biarritz Amérique latine attire chaque année 35.000 visiteurs  selon les organisateurs.
"Nueva Venecia" d'Emiliano Mazza De Luca, extrait