Un mélange de drogues est à l'origine de la mort de Philip Seymour Hoffman

Par @Culturebox
Mis à jour le 01/03/2014 à 11H37, publié le 01/03/2014 à 11H33
L'acteur Philip Seymour Hoffman, en 2012

L'acteur Philip Seymour Hoffman, en 2012

© GABRIEL BOUYS/AFP

L'acteur américain Philip Seymour Hoffman est mort d'une intoxication due à un mélange de médicaments et de drogues : héroïne, cocaïne et amphétamines. C'est ce qui ressort de l'expertise médicolégale rendue publique vendredi à New York. L'homme avait été retrouvé inanimé chez lui à Manhattan, le 2 février. Il avait 46 ans.

Les causes de la mort de l'acteur américain sont donc aujourd'hui établies : "intoxication aigüe due à un mélange de drogues, incluant  héroïne, cocaïne, benzodiazépines et amphétamines", a indiqué la porte-parole du médecin légiste. 

Cocktail de drogues et de psychotropes

Les benzodiazépines sont des médicaments psychotropes utilisés notamment dans le traitement de l'anxiété ou de l'insomnie. Plus de 50 sachets d'héroïne avaient été découverts dans l'appartement de l'acteur, situé dans le quartier de Greenwich Village, ainsi que des seringues et des médicaments.

Philip Seymour Hoffman avait reconnu avoir eu de gros problèmes de drogue et d'alcool quand il avait 20 ans, mais s'était ensuite désintoxiqué, et affirmait ne plus avoir eu  de problèmes pendant 23 ans. Il avait rechuté en 2012 et avait suivi l'an dernier une cure de désintoxication de 10 jours. 

Figure du cinéma indépendant américain

Sa mort avait créé au début du mois une forte émotion aux États-Unis. Oscar en 2006 pour son rôle dans "Truman Capote", Philip Seymour Hoffman était l'un des acteurs les plus appréciés d'Hollywood et l'un des enfants chéris du cinéma indépendant. Ce blond solidement charpenté avait tourné dans une cinquantaine de films,  de "Boogie Nights" à la saga "Hunger Games", en passant par "Magnolia", "The  Master", ou encore "Le talentueux M. Ripley". 

Il était père de trois jeunes enfants, et a laissé toute sa fortune à sa  compagne Marianne ("Mimi") O'Donnell, mère des enfants. Dans son testament, écrit en 2004, avant la naissance de ses filles, l'acteur avait exprimé le souhait que son fils grandisse à Manhattan.