Robin Williams souffrait également d'un "début de maladie de Parkinson"

Par @Culturebox
Mis à jour le 15/08/2014 à 11H17, publié le 15/08/2014 à 09H37
Un hommage rendu à Robin Williams, ici au cours du Sziget Festival, au nord de Budapest, en Hongrie.

Un hommage rendu à Robin Williams, ici au cours du Sziget Festival, au nord de Budapest, en Hongrie.

© Janos Marjai/AP/SIPA

La veuve de Robin Williams disparu le 11 août, dont le suicide apparent a ému le monde entier, a fait savoir que l'acteur souffrait d'un début de maladie de Parkinson en plus de sa bataille contre la dépression et les addictions.

Susan Schneider, la veuve de l'acteur, a déclaré jeudi 14 août dans un communiqué  que son époux " était courageux alors qu'il luttait contre la dépression, l'anxiété et un début de maladie de Parkinson, ce qu'il n'était pas encore prêt à partager publiquement", a-t-elle précisé.
 
La maladie de Parkinson est une maladie neurologique chronique neurodégénérative qui touche le système nerveux central et engendre des troubles moteurs qui vont en s'aggravant. Quatre millions de personnes sont atteintes dans le monde. Le comédien  Michael J. Fox, le boxeur Mohammed Ali, le chanteur Johnny Cash font partie des  personnalités qui ont ou ont eu cette maladie, dont les causes sont encore mal  connues. La maladie débute généralement entre 45 et 70 ans. Robin Williams avait 63 ans. La dépression et les tremblements font partie des symptomes de ce mal, qui  peut s'aggraver jusqu'à une paralysie ou une démence. Elle ne se guérit pas mais des traitements existent pour maintenir notamment la mobilité, selon plusieurs sites d'informations médicales.

"Sonner l'alarme" à propos de la maladie de Parkinson
  
Susan Schneider a également précisé dans son communiqué que le comédien avait réussi à "rester sobre" alors qu'il avait admis avoir sombré plusieurs fois dans l'alcoolisme. Susan Schneider a dit faire ces révélations pour sonner l'alarme et encourager ceux qui seraient atteints des mêmes troubles à ne pas tomber dans le désespoir. "Nous espérons que dans la foulée du décès tragique de Robin, d'autres vont trouver la force de rechercher les soins et le soutien dont ils ont besoin pour  les aider dans les batailles auxquelles ils font face, afin qu'ils aient moins peur", a poursuivi Susan Schneider dans le communiqué.

"Robin a passé tant de temps dans sa vie à aider les autres. Qu'il divertisse des millions de gens sur scène, dans les films ou à la télévision, nos troupes sur les lignes de front, ou qu'il réconforte des enfants malades, Robin voulait nous (faire) rire et nous sentir moins effrayés", a-t-elle encore  précisé. "Son plus bel héritage, au-delà de ses trois enfants, est la joie et le bonheur qu'il a offert à d'autres, particulièrement à ceux qui menaient des batailles personnelles", a-t-elle conclu.

La disparition de Robin Williams met en lumière la fragilité de nombreuses étoiles de  l'industrie cinématographique. Philip Seymour Hoffman, également l'un des plus  brillants acteurs et metteurs en scène de sa génération, avait succombé à une  overdose d'héroïne il y a quelques mois. 2014 restera comme une année noire pour Hollywood avec également l'annonce cette semaine de la disparition d'une légende de l'âge d'or du cinéma  américain, Lauren Bacall.

Par ailleurs, Robin Williams, amateur passionné de jeux vidéos, va même faire l'objet d'un hommage dans World Of Warcraft, a laissé entendre jeudi l'éditeur du jeu Blizzard.