Portrait d'Emmanuelle Riva : l'amour lui va si bien...

Par @Culturebox
Mis à jour le 23/02/2013 à 14H02, publié le 23/02/2013 à 12H55
Emmanuelle Riva dans "Hiroshima mon amour", d'Alain Resnais (1959) et dans "Amour" de Haneke (2012)

Emmanuelle Riva dans "Hiroshima mon amour", d'Alain Resnais (1959) et dans "Amour" de Haneke (2012)

© KOBAL/ AFP

Entre "Hiroshima mon amour", chef-d’œuvre d'Alain Resnais qui la révéla en 1959, et "Amour" de Michael Haneke, il s'est passé 53 ans. Il aura donc fallu plus d'un demi-siècle au monde du cinéma pour distinguer le talent d’Emmanuelle Riva. Bafta, César... les récompenses pleuvent depuis un an sur cette grande dame, également nommée aux Oscars.

Reportage de France 3 : D. Poncet, S. Lacombe

Paulette Rivat voit le jour le 24 février 1927 dans une modeste famille ouvrière des Vosges. On veut faire d’elle une couturière, elle rêve de théâtre… Malgré l’opposition de ses parents, elle passe et réussit le concours de l’école de la rue Blanche à Paris (aujourd’hui Ecole nationale supérieure des arts et techniques du théâtre, ENSATT). Trop âgée pour prétendre à la formation prestigieuse du Conservatoire d'art dramatique, elle obtient son premier rôle en 1954 dans "Le Héros et le Soldat" de George Bernard Shaw, mis en scène par René Dupuy.
 

Emmanuelle Riva et Eiji Okada dans "Hiroshima mon amour", d'Alain Resnais (1959)

Emmanuelle Riva et Eiji Okada dans "Hiroshima mon amour", d'Alain Resnais (1959)

© KOBAL / AFP

C'est en 1958 qu’Alain Resnais la découvre. Celle qui est devenue Emmanuelle Riva est alors à l'affiche de "L'Épouvantail" au Théâtre de l’œuvre. "Elle", son rôle dans "Hiroshima mon amour", la fera connaître dans le monde entier. Elle sera ensuite remarquée en 1961 dans "Kapò" de Gillo Pontecorvo et "Léon Morin, prêtre" de Jean-Pierre Melville. En 1962, elle est récompensée à la Mostra de Venise pour son interprétation dans "Thérèse Desqueyroux" (1962) de Georges Franju, adapté du roman éponyme de François Mauriac. Le réalisateur la dirige à nouveau dans "Thomas l'imposteur" (1965). 


"Amour" la propulse à nouveau sur le devant de la scène

Emmanuelle Riva disparait ensuite progressivement des écrans, refusant de nombreux projets cinématographiques, mais elle joue au théâtre pour les plus grands metteurs en scène : Jacques Lassalle, Roger Planchon, Claude Régy… Ce n’est qu’à 85 ans que l’actrice revient au premier plan du cinéma mondial. Elle est bouleversante dans Amour (2012) de Michael Haneke, récompensé par la Palme d'or au 65e Festival de Cannes. Elle incarne, aux côtés de Jean-Louis Trintignant, une professeure de piano victime de deux accidents vasculaires cérébraux.
 

Emmanuelle Riva tenant son César , le 22 février 2013

Emmanuelle Riva tenant son César , le 22 février 2013

© AFP Patrick Kovarik


Et la grande dame n’en finit pas d’être récompensée : Prix Marguerite Duras 2012 pour l’ensemble de sa carrière, meilleure actrice du Prix du cinéma européen 2012 et des British Academy Film Awards (Bafta) 2013, César 2013 de la meilleure actrice… Amour lui offre une consécration inespérée, qui culminera peut-être avec la remise d’un Oscar le 24 février 2013 à Lors Angeles. Jour de son 86ème anniversaire !