Nouvelle mobilisation de stars du cinéma et de la musique contre Ebola

Par @Culturebox
Publié le 19/11/2014 à 15H55

Une pléiade de stars de la musique et du cinéma, dont Bono, Matt Damon et l'acteur français Vincent Cassel ont lancé mercredi un appel pour une lutte plus musclée contre l'épidémie d'Ebola, qui a fait plus de 5.000 morts.

Dans une vidéo, au sein de laquelle aucune parole n'est prononcée, les stars fixent la caméra. Seul le mot "L'Attente", apparaît sur l'écran, dans la version en français. Puis un autre message s'incruste: "Nous avons attendu trop longtemps avant d'agir. Arrêtons les beaux discours. Il est temps d'agir".

La chanteuse béninoise Angélique Kidjo, le Nigérian Femi Kuti et Fally Ipupa de la République démocratique du Congo ont aussi participé. Dans un communiqué qui accompagne la vidéo, Angélique Kidjo se plaint de ce que les pays d'Afrique de l'Ouest, où l'immense majorité 14.500 cas d'Ebola ont été recensés, étaient très mal préparés à l'épidémie.
Angelique Kidjo sur scène à La Cigale à Paris en octobre 2014

Angelique Kidjo sur scène à La Cigale à Paris en octobre 2014

"Nous avons besoin de tous nos amis à travers le monde, que chacun participe à sa manière, afin que les patients puissent être traités avec dignité et que nous puissions mettre fin à ce cauchemar", dit-elle. "Nous devons aussi travailler tous ensemble pour reconstruire et renforcer les systèmes de santé en Afrique et ainsi éviter qu'une telle crise ne se reproduise", poursuit-elle.

L'acteur français Vincent Cassel, qui apparaît aussi dans la vidéo, estime qu'"on ne peut pas attendre les bras croisés quand une crise comme Ebola tue des milliers de personnes et met en péril tant d'autres vies à long terme".
Vincent Cassel à Londres en 2013

Vincent Cassel à Londres en 2013

© CARL COURT / AFP
Le clip sort quelques jours après la mobilisation d'une trentaine de vedettes du rock et de la pop britanniques sous la bannière du Band Aid pour enregistrer une chanson.

Michael Elliott, le président de One, l'organisation caritative créée par Bono et à l'origine de l'initiative, a quant à lui jugé qu'"à l'avenir on ne pourra plus rester à attendre".

"Des fonds doivent être prêts, les systèmes de santé dans les sociétés vulnérables doivent être mis en place et du personnel qualifié doit être disponible pour que des crises comme celle-ci, qui tue des milliers de personnes et en menace des millions d'autres, ne se reproduisent plus", a-t-il expliqué.