Ninon Sevilla, actrice mexicaine et icône sexy des années 1940-50, est décédée

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 05/01/2015 à 18H09, publié le 05/01/2015 à 17H27
Ninon Sevilla dans "Femmes interdites" (1951) d'Alberto Goult

Ninon Sevilla dans "Femmes interdites" (1951) d'Alberto Goult

© Archives du 7eme Art / Photo12

D'origine cubaine et de son vrai nom Emilia Perez Castellanos, Ninon Sevilla avait choisi ce pseudonyme en référence à la courtisane et femme de Lettres du 17e siècle Ninon de Lenclos (ou Ninon de Lanclos), et à la ville espagnole de Séville, reine de la musique hispanique.

Admirée pour ses jambes longilignes, d'après ses admirateurs, tels que François Truffaut, André Pieyre de Mandiargues et Raymond Queneau, en France, qui la plaçaient après Marlène Dietrich et avant Cyd Charisse dans ce registre. La future égérie fut remarquée très tôt, dès son adolescence, puis en 1952, lors d'un gala de charité organisé à Paris.

Née dans un quartier populaire de La Havane en 1921, sa carrière débute bien plus tôt, en 1940, en se produisant dans des cabarets de La Havane comme danseuse. Puis elle part pour Mexico en 1946 pour une carrière au cinéma. Elle incarne la blonde pulpeuse, au sex-appeal agressif. Elle donne chair au mambo, à la rumba, tout en chorégraphiant ces danses pour l'écran, et demeurera aussi célèbre que Maria Félix ou Dolores del Rio, autres vedettes exotiques venues du Mexique.
Ninon Sevilla danse "Sun sun babae" dans "Aventura en Rio" (Disparue de Rio") - 1953
Les rôles de Ninon Sevilla ne sont pas, à l'encontre de nombre d'actrices sexy, des femmes fatales, ou des victimes passives, mais des incarnations exemplaires de l'anti-corruption, qu'elle soit issue des politiques ou de la mafia. Elle personnifie la "cabartière", danseuse lascive, certes, mais aussi protectrice des droits. Elle était une des actrices préférées d'Edith Piaf qui la rencontra à Mexico.

Ninon Sevilla collabora avec la crème de la musique latine, tels que Augustin Lara, Perez Prado, l'acteur Pedro Armendariz, le directeur de la photographie Gabriel Figueroa, ou le metteur en scène Emilio Fernandez. Parmi ses films les plus marquants restent "Quartier interdit", "Maison de rendez-vous", ou Femmes interdites", des mélos, dont les titres suggèrent tout leur caractère sulfureux….