Mort du cinéaste américain Richard Glatzer, réalisateur de "Still Alice"

Par @Culturebox
Mis à jour le 12/03/2015 à 11H13, publié le 12/03/2015 à 09H23
Richard Glatzer en 2013

Richard Glatzer en 2013

© Chris Pizzello/AP/SIPA

Le cinéaste Richard Glatzer, co-réalisateur de "Still Alice", film grâce auquel Julianne Moore a décroché son Oscar de la meilleure actrice le mois dernier, est décédé le 11 mars des suites de la sclérose latérale amyotrophique, dite "maladie de Charcot". Il avait 63 ans.

"Je suis dévasté. Richard était mon âme soeur, mon collaborateur, ma vie. Un vrai artiste et un homme brillant", a écrit sur son compte Twitter son époux  Wash Westmoreland, co-réalisateur du film. "Le voir se battre avec la sclérose latérale amyotrophique pendant quatre ans avec tant de courage m'a inspiré ainsi que tous ceux qui l'ont connu", ajoute-t-il dans un communiqué. "Il a mis tout son coeur et toute son âme dans ("Still Alice") et le fait que ce film ait touché tant de gens était une source de joie constante pour lui", a-t-il conclu. "Au revoir à Richard, l'une des âmes les plus adorables avec qui j'ai travaillé", a twitté la fondation de l'acteur Alec Baldwin, qui joue dans "Still Alice".
Richard Glatzer entouré de Kristen Stewart, Wash Westmoreland, son époux, et Julianne Moore, à Los Angeles en novembre 2014

Richard Glatzer entouré de Kristen Stewart, Wash Westmoreland, son époux, et Julianne Moore, à Los Angeles en novembre 2014

© BT1/WENN.COM/SIPA
Une tablette pour communiquer pendant le tournage

Richard Glatzer, né en 1952, était déjà atteint par la sclérose latérale amyotrophique, également dite "maladie de Charcot", un trouble neurodégénératif le plus souvent mortel, lorsqu'il a tourné "Still Alice" l'an dernier. L'équipe  du film a raconté pendant la tournée promotionnelle qu'il communiquait avec une tablette électronique car il ne pouvait déjà plus s'exprimer.
"Still Alice", qui sort mercredi prochain en France, met en scène une patiente atteinte d'une autre maladie dégénérative, celle d'Alzheimer. La maladie de Charcot est au centre d'un autre film à l'affiche, "Une  merveilleuse histoire du temps", sur le cosmologue britannique de génie Stephen  Hawking, qui en est atteint. Eddie Redmayne qui l'interprétait a reçu l'Oscar du meilleur acteur cette année.
Richard Glatzer et Wash Westmoreland lors du tournage de "Echo Park" (2006)

Richard Glatzer et Wash Westmoreland lors du tournage de "Echo Park" (2006)

© Photo12.com - Collection Cinema / Photo12
Continuer à faire des films 

En recevant sa statuette dorée le 22 février, Julianne Moore avait salué le courage de Richard Glatzer face à sa maladie. "Quand (Richard) a été diagnostiqué avec la sclérose latérale amyotrophique, Wash lui a demandé ce qu'il voulait faire. Est-ce qu'il voulait voyager, voir le monde? Il a dit qu'il voulait faire des films. Et c'est ce qu'il a fait". Ce film, assure-t-elle, a été "un cadeau" qui lui a appris à apprécier  encore plus la vie.