Mort de l'actrice Elsa Martinelli, icône d'élégance de l'après-guerre en Italie

Par @Culturebox
Mis à jour le 08/07/2017 à 19H51, publié le 08/07/2017 à 19H35
Elsa Martinelli dans "La rivière de nos amours" en 1955. 

Elsa Martinelli dans "La rivière de nos amours" en 1955. 

© RONALDGRANT/MARY EVANS/SIPA

L'actrice italienne Elsa Martinelli est morte le 8 juillet à son domicile romain à l'âge de 82 ans. Le quotidien italien La Repubblica parle d'"icône de style et d'élégance". L'actrice avait travaillé sous la direction de réalisateurs comme Orson Welles, Howard Hawks, Roger Vadim ou Mario Monicelli et donné la réplique à Kirk Douglas, Marcello Mastroianni, Robert Mitchum ou John Wayne.

Elsa Martinelli est née en 1935 à Grosseto, au nord de Rome, septième d'une fratrie de huit enfants une famille toscane d'origine très modeste installée à Rome.

Beauté longiligne et élégance naturelle

Vendeuse en boutique, caissière, elle remarquée pour sa beauté et une élégance naturelle qui restera sa marque de fabrique. Repérée par le couturier Roberto Capucci, elle evient mannequin pour les défilés, avant d'être repérée sur une photo dans le magazine Life par Kirk Douglas.

On est en 1955, à vingt ans elle est engagée par ce dernier pour son western "La rivière de nos amours". Débute une carrière des plus rapides à Hollywood comme en Europe, car elle plaît aux metteurs en scène pour son look original, presque androgyne et si sophistiqué. En 1957, elle a épousé le comte Franco Mancinelli, dont elle a eu une fille, avant de convoler en 1968 avec le photographe Willy Rizzo.

Orson Welles, Howard Hawks, Roger Vadim ou Mario Monicelli 

Elsa Martinelli a marqué le cinéma par sa beauté élégante donc, exploitée en Italie comme à l'étranger dans des films souvent mineurs, mais aussi par sa capacité à incarner des personnages complexes dans des productions plus ambitieuses. 
Elle a tourné dans une soixantaine de films, dont certains avec les plus grands, d'Orson Welles dans "Le Procès" à Howard Hawks dans "Hatari !" au Français Roger Vadim dans "Et mourir de plaisir", où il lui avait fait embrasser sur la bouche son épouse Annette Stroyberg. 

Elsa Matrtinelli a également eu une carrière de chanteuse et s'est lancée, après le cinéma, dans la mode en créant une entreprise de design et de confection.