Jeanne Moreau, une actrice mythique dans douze chefs-d'oeuvre du cinéma

Par @Culturebox
Mis à jour le 31/07/2017 à 18H04, publié le 31/07/2017 à 15H22
Jeanne Moreau dans "Eva" de Joseph Losey (1962)

Jeanne Moreau dans "Eva" de Joseph Losey (1962)

© picture-alliance / MaxPPP

Jeanne Moreau a tourné avec les plus grands réalisateurs, d'Antonioni à Elia Kazan. France Télévisions lui rendra hommage ce mardi 1er août avec deux films de Louis Malle : "Ascenseur pour l'échafaud" sur France 5 à 20h50 et "Viva Maria" sur France2 à 23h20. Voici les extraits de douze films qui ont fait la légende Jeanne Moreau.

"Les Amants" (1958), de Louis Malle

"Les Amants" de Louis Malle : Jeanne Moreau est une jeune bourgeoise, Jeanne, qui s'ennuie. Elle rencontre un homme qui devient son amant après une longue nuit de déambulation. La scène d'amour, à la fin, fait scandale. Après la sortie du film et le scandale qu'il a suscité, l'actrice a songé à abandonner le cinéma.

Jeanne Moreau dans "Ascenseur pour l'échafaud" de Louis Malle (1958)

"Ascenseur pour l'échafaud" de Louis Malle (1958) : au son de la trompette de Miles Davis, Jeanne Moreau marche dans les rues de Paris la nuit, désemparée. Son amant, qui vient de tuer son mari, est bloqué dans l'ascenseur. 

"Les liaisons dangereuses" (1959), de Roger Vadim

"Les Liaisons dangereuses 1960" de Roger Vadim (1959) : dans cette adaptation du roman de Pierre Choderlos de Laclos, Jeanne Moreau est Juliette, l'épouse du beau Valmont, incarné par Gérard Philipe.

"Moderato cantabile" (1960), de Peter Brook
"Moderato cantabile" (1960). Dans cette adaptation par Peter Brook du roman de Marguerite Duras, Jeanne Moreau est la femme d'un industriel d'une petite ville qui s'ennuie. Un jour, elle entend le cri épouvantable d'une femme qui se fait assassiner. Elle fait la connaissance d'un jeune ouvrier...
"Jules et Jim" de François Truffaut (1962)
"Jules et Jim" de François Truffaut (1962) : Jules l'Allemand et Jim le Français, des amis inséparables, aiment tous les deux Catherine (Jeanne Moreau)...
"Eva" (1962), de Joseph Losey
"Eva" de Joseph Losey (1962) : à Venise, Tyvian Jones, un écrivain usurpateur, rencontre Eva, une Française qui le fascine et qu'il veut épouser. Mais elle refuse de l'aimer...
"La Baie des Anges" (1963), de Jacques Demy
"La Baie des Anges" de Jacques Demy (1963) : Jean Fournier (Claude Mann), un employé de banque emporté par la folie du jeu, va à Nice où il rencontre Jacqueline (Jeanne Moreau), elle aussi addict au jeu.
Jeanne Moreau dans "Le journal d'une femme de chambre" de Luis Buñuel (1964)

"Le Journal d'une femme de chambre" de Luis Buñuel (1964). Jeanne Moreau est Célestine, femme de chambre dans une famille de bourgeois mesquins et frustrés. Le père, fétichiste, lui fait essayer des bottines. Elle se plie à ses exigences avec un détachement ironique et insolent.
"Viva Maria" (1965), de Louis Malle
"Viva Maria" de Louis Malle (1965) : au début du XXe siècle, en Amérique centrale, Jeanne Moreau et Brigitte Bardot sont deux chanteuses de music-hall qui s'éprennent d'un révolutionnaire. Dans cet extrait, la robe de la deuxième craque en pleine représentation et les deux femmes continuent en enlevant leurs vêtements, devant des musiciens et un public sidérés.
"Les Valseuses" (1974), de Bertrand Blier
"Les Valseuses" (1974) : dans cette scène du film culte de Bertrand Blier, Jeanne Moreau est une détenue qui vient de sortir de prison après des années de frustration.
Jeanne Moreau dans "Le dernier nabab" d'Elia Kazan (1976)
"Le dernier nabab" d'Elia Kazan (1976), adapté du roman de Francis Scott Fitzgerald. Romy Schneider a refusé le rôle de Didi, qu'incarne Jeanne Moreau. Didi est une actrice du Hollywood des années 1930.
"La Notte" de Michelangelo Antonioni (1961)
"La Notte" de Michelangelo Antonioni (1961) : le couple que forment Lidia-Jeanne Moreau et Giovanni-Marcello Mastroianni est à l'agonie. Lors d'une nuit mouvementée, chacun va de rencontres en séductions.