Il a remonté le moral de l'équipe de France : les mots bleus de Jamel Debbouze

Par @Culturebox
Mis à jour le 21/11/2013 à 11H08, publié le 21/11/2013 à 10H59
Jamel Debbouze dans les tribunes du Parc des Princes lors du match PSG-OM le 24/2/13

Jamel Debbouze dans les tribunes du Parc des Princes lors du match PSG-OM le 24/2/13

© MIGUEL MEDINA / AFP

Et si Jamel Debbouze portait une conséquente responsabilité dans la qualification des Français pour le Brésil ? Le comédien-producteur est venu parler aux joueurs de l'équipe de France de football avant le match retour face à l'Ukraine. Et, visiblement, il est parvenu à les galvaniser.

C’est l’invité surprise de la nouvelle saga des Bleus. Reprenons le film des événements. Le week-end dernier, tout le pays (ou presque) tombe sur le dos de cette équipe qui vient de se faire malmener à Kiev par les robustes Ukrainiens (2-0). Comme toujours dans pareil cas, chaque Français se mue en sélectionneur et dénonce l’absence de réaction, voire même d’envie, de cette génération brillante mais alors incapable de convertir les talents individuels en puissance collective.

La Fédération décrète la mobilisation générale, l’opération de la dernière chance. Les statistiques condamnent les Bleus… mais rien n’est perdu, il reste 90 minutes pour retourner la situation.

Les leçons de la Marche

Dimanche, Jamel Debbouze est invité à rencontrer les joueurs. Grand amateur de foot, ami d’enfance de Nicolas Anelka avec lequel il a grandi à Trappes, il est venu avec son excellent film La Marche (qui sort sur les écrans mercredi prochain). Les joueurs, dit-on, apprécient cette comédie dramatique, inspirée de la grande marche contre le racisme de 1983. Une initiative partie des Minguettes de Lyon, dont les premiers protagonistes se comptent sur les doigts de deux mains, et qui s’achève à l’Elysée après un défilé de 100 000 personnes à Paris. On comprend le message, transposable aux footballeurs : "Rien n’est impossible, la preuve !".

A l’issue de la projection, Jamel endosse les habits du coach pour une causerie qui, selon les témoins, rencontre un gros succès. Ingrédients : humour et détermination. Le Parisien en cite quelques extraits : "Personne n’a jamais remonté deux buts d’écart en barrage ? Vous, vous allez le faire !".

"Il a parlé avec son coeur"

Le Lillois Rio Mavuba, sur RMC, raconte : "+La Marche+ a rappelé des valeurs qu’on avait oubliées. Le discours de Jamel a été très bon. Il a parlé avec son cœur et nous a rappelé qu’il fallait réaliser la chance qu’on avait. On représente la France et beaucoup de gens sont derrière nous pour nous soutenir".

Toujours sur RMC, Moussa Sissoko, abonde dans le même sens : "Ça a été un grand moment de plaisir" qui a "permis de souder encore plus le groupe et d’être tous prêts et déterminés pour gagner". A l’arrivée, cette qualification, ce sont les Bleus et eux seuls qui l’ont décrochée. Mais les mots "bleus" de Jamel Debbouze ont, de toute évidence, contribué à redonner moral et ambition à un groupe fragilisé.