Hommage à Kathie Bates : Stephen King s'invite au Festival de Beaune

Par @Culturebox
Mis à jour le 05/04/2013 à 18H11, publié le 05/04/2013 à 18H02
Kathy Bates dans "Misery" de Rob Reiner (1990)

Kathy Bates dans "Misery" de Rob Reiner (1990)

© KOBAL / THE PICTURE DESK

Vous ne connaissez peut-être pas son nom, mais vous n'êtes pas près d'oublier son visage. Kathy Bates, alias l'infirmière psychotique de "Misery", adaptation du roman anxiogène de Stephen King, a fait trembler toute une génération de spectateur. Invitée d'honneur du 5e Festival du film policier de Beaune, cette grande dame du cinéma, multioscarisée, n'a pas fini de nous surprendre.

Bates. Il faut dire que son nom était d'ores et déjà prédestiné à jouer des rôles sombres. Retour en 1960. "Psychose" envahit les écrans, créant une vague de panique. La petite Kathy, 12 ans, rencontre Norman Bates à travers l'écran. De cette rencontre avec le tueur fou qui porte le même nom qu'elle naît une passion pour les thrillers, si bien que ce genre va lui coller à la peau. C'est un peu en ambassadrice du "noir" qu'elle se rend à Beaune, ce sacrosaint  lieu du polar pour un hommage bien mérité. Et pour une américaine, elle assure pas mal en français. Il faut dire que Kathy adore notre pays, et si j'ai bien compris, nos vignobles. 

Reportage de P. Ringenbach, A. Douay, L. Simondet, Y. Danjou, R. Nectoux  
Consécration
Après des débuts sur les planches, Kathy Bates se lance dans une carrière cinématographique et obtient son premier rôle dans "Taking Off" de Milos Forman en 1971. De fil en aiguille, elle interprète des seconds rôles de plus en plus marquants jusqu'à ce que le réalisateur Rob Reiner décide de lui offrir le rôle de l'infirmière Annie Wilkes, où elle partage l'affiche avec le grand James Caan. Son interprétation lui vaudra l'Oscar de la meilleur actrice en 1990. A 42 ans, l'actrice obtient la consécration ultime et devient dès lors une figure incontournable d'Hollywood. 

Une figure incontournable   
Toujours d'une justesse exemplaire, Kathy Bates est considérée comme une valeur sûre à Hollwyood. Désopilante Molly Brown dans "Titanic", mère indigne dans "Chéri" ou sexagénaire excentrique dans la série "Six Feet Under", Kathy Bates a pris à bras le corps des rôles de femme forte et indépendante. Elle s'impose à la fois par la prestance naturelle de son jeu d'actrice mais aussi par un physique  hors-norme, et des mimiques oscillant entre joie et sévérité.
Kathy Bates dans "Titanic" de James Cameron (1997)

Kathy Bates dans "Titanic" de James Cameron (1997)

© Twentieth Century Fox Pictures
Peu le savent, mais la dame sait aussi manier la caméra et a notamment réalisé des épisodes de "New York Police Blues", "Oz" et "Six Feet under", gardant ainsi le lien avec l'univers sombre qu'elle affectionne tant. Pour les fans de l'actrice (et de la comédie horrifique), ne vous inquiétez pas. Kathy revient bientôt sur les écrans (de télé) pour la troisième saison d'"American Horror Story" aux côtés de la pétillante Jessica Lange. 

Si ce n'est déjà fait, il ne vous reste plus qu'à regarder Misery. De la même manière que les manchons de poulets KFC dans Killer Joe, je vous garantie que votre regard sur les machines à écrire (eh oui ça existe encore !) ne sera plus jamais le même. L'onde de choc Kathy Bates est passée par là.