Gérard Depardieu : "J'ai un passeport russe, mais je suis Français"

Par @Culturebox
Mis à jour le 07/01/2013 à 19H01, publié le 07/01/2013 à 18H15
Gérard Depardieu au côté de Sepp Blatter, président de la FIFA, ce lundi à Zurich

Gérard Depardieu au côté de Sepp Blatter, président de la FIFA, ce lundi à Zurich

© FABRICE COFFRINI / AFP

Gérard Depardieu reste bien Français même avec un passeport russe et "la double nationalité belge", a souligné l'acteur dans une interview à la chaîne d'informations sportives en continu l'Equipe 21 à l'occasion du gala du Ballon d'or à Zurich où il était invité.

Après avoir été accueilli en héros en Russie,  son nouveau pays d'adoption, il a été acclamé lundi soir par ses fans à son arrivée à la cérémonie de remise du Ballon d'Or par la Fifa à Zurich, avant une convocation de justice mardi à Paris pour conduite en état d'ivresse. "J'ai un passeport russe, mais je suis Français et j'aurais certainement la double nationalité belge", a expliqué l'acteur de 64 ans en niant avoir accepté ce nouveau passeport pour "échapper au fisc". "Si j'avais voulu échapper au fisc, je l'aurais fait depuis longtemps. Certains sont partis il y a 20 ans", a-t-il noté en précisant qu'il se considérait aussi comme un "citoyen du monde".

Lundi soir Gérard Depardieu a retrouvé néanmoins son rôle de vedette sur un tapis rouge à l'entrée au gala du Ballon d'or au Palais des Congrès à Zurich. Sous les cris de "Gérard, Gérard" de ses fans qui voulaient tous le prendre en photo, l'acteur est tombé dans les bras de Sepp Blatter, le président de la Fifa, la fédération internationale du football à qui il devait l'invitation au Ballon d'or. Lunettes sur le crâne, chemise blanche et col ouvert la star du cinéma français s'est volontiers prêté au jeu des photos et autographes pour ses admirateurs.  
Joseph Blatter et Gérard Depardieu à Zurich

Joseph Blatter et Gérard Depardieu à Zurich

© AFP PHOTO / FABRICE COFFRINI
Fan de Ronaldo

Gérard Depardieu, un passionné de football, a été gardien de but à Châteauroux dans ses jeunes années et fervent supporteur du club français d'Auxerre. Le gala lundi soir devait récompenser le meilleur joueur de l'année 2012 parmi l'un des trois finalistes, le Portugais Christiano Ronaldo, l'Argentin Lionel Messi ou l'Espagnol Andrés Iniesta. Interrogé récemment par le site internet de la Fifa pour savoir qui était son favori pour le prestigieux trophée, Gérard Depardieu avait marqué sa préférence pour Ronaldo. "J'aime beaucoup Cristiano Ronaldo. Il me semble qu'il est un peu blessé dans son orgueil depuis quelque temps, parce qu'il n'a pas été récompensé. Il est temps, je crois, de lui redonner de la confiance. Donc je lui donnerais volontiers le trophée cette année car il est un peu fragilisé, comme peuvent l'être parfois les grands champions", avait-t-il déclaré.

Arrivé à Zurich en vol privé depuis sa nouvelle patrie d'adoption la Russie, Gérard Depardieu venait de recevoir des mains du président Poutine son passeport russe lors d'une rencontre très médiatisée. Les deux hommes ont dîné ensemble samedi soir dans la résidence présidentielle russe de Sotchi, sur la Mer Noire, suivi d'une réception grandiose de l'acteur à Saransk, capitale de la Mordovie à 640 km à l'est de Moscou. Les autorités locales lui ont proposé le poste de ministre de la culture de la région, moins connue pour ses attraits touristiques que pour sa vingtaine de camps de prisonniers créés sous Staline.
Gérard Depardieu traversant une manifestation en scooter (Paris, octobre 2010)

Gérard Depardieu traversant une manifestation en scooter (Paris, octobre 2010)

© Citizenside.com / AFP
Rendez-vous judiciaire

Mardi la star du cinéma français a toutefois rendez-vous, en principe, avec la justice française pour avoir conduit son scooter en état d'ivresse en novembre à Paris. Mais, selon son avocat Eric de Caumont, la présence de l'acteur est incertaine pour cette procédure dite de "plaider coupable", formule simplifiée et alternative au procès. "Soit Gérard Depardieu se présente demain et la procédure a lieu, soit il ne se présente pas et il y aura un renvoi devant le tribunal correctionnel", rappelle-t-on au Parquet de Paris.

La conduite en état d'alcoolémie est passible en France de 4.500 euros d'amende et d'une peine pouvant aller jusqu'à deux ans de prison, en plus du retrait de 6 points sur les douze du permis de conduire.