Léa Seydoux en avant-première à Lille: "J'ai encore du mal à croire ce qui m'est arrivé"

Par @Culturebox
Mis à jour le 05/07/2013 à 12H58, publié le 05/07/2013 à 12H14
Léa Seydoux au dernier festival de Cannes

Léa Seydoux au dernier festival de Cannes

© LOIC VENANCE / AFP

Léa Seydoux s'est fait une place au chaud dans le coeur des Français. Un diamant brut sculpté par le grand Kéchiche qui a bien mérité sa Palme d'or "collective" pour "La Vie d'Adèle". La jeune femme, un sourire radieux aux lèvres, est sur un nuage. Elle était hier soir à Lille pour présenter son autre film cannois, "Grand Central", avec sa grande soeur de cinéma, la réalisatrice Rebecca Zlotowski.

Bien qu'il n'ait pas été tourné dans le Nord-Pas-de-Calais (contrairement à "La Vie d'Adèle") mais dans la centrale nucléaire de Cruas en Ardèche, c'est bien à Lille que Léa Seydoux et Rebecca Zlotowski -qui avaient déjà travaillé ensemble sur le film "Belle épine"-, ont présenté "Grand Central" en avant-première au public lillois. Une vraie chance étant donné qu'il faudra attendre presque deux mois avant de pouvoir visionner le film en salle. Léa Seydoux,  l'irradiante amante de Tahar Rahim dans le film, s'est confiée à notre équipe. 

Reportage de C. Massin, J-M. Vasco, V. Biville, M-E. Masson
Si "Grand Central", en compétition dans la catégorie "Un Certain Regard" est reparti bredouille de Cannes, il a cependant été récompensé par le prestigieux Prix François Chalais. Cette histoire d'amour à mort dans un environnement atypique, la centrale nucléaire, promet d'être une des belles surprises de l'été. Dans cet univers si particulier, la passion tragique devient peu à peu , et inexorablement, la véritable "dose".
"Grand Central" : trailer

Léa Seydoux : une actrice aux multiples visages

Toujours éclatante de naturel, Léa Seydoux a le visage angélique d'une femme-enfant, si bien qu'elle acquiert aux yeux du spectateur une sorte d'intemporalité. Très jeune femme dans "La vie d'Adèle", "petite fille" toute en retenue dans "Les Adieux à la Reine", elle prouve dans "Grand Central" qu'elle peut aussi provoquer en jouant sur sa féminité. 

Et la suite ? 

Des projets ? Léa en a plein la tête. Après avoir travaillé avec Tarantino sur "Inglorious Basterds" et avec Woody Allen sur "Minuit à Paris", elle fait partie du casting du dernier Wes Anderson, "The Grand Budapest Hotel". Pour 2014, elle est de nouveau à l'affiche d'un film de Benoît Jacquot : "Trois coeurs" et devrait démarrer en septembre le tournage du biopic sur Yves Saint Laurent par Bertrand Bonello.