DiCaprio militant de la biodiversité dans la jungle indonésienne

Par @Culturebox
Publié le 29/03/2016 à 16H53
Leonardo DiCaprio dans la jungle indonésienne le 26 mars 2016 pour la "Foundation of forest, nature, and environment of Aceh".

Leonardo DiCaprio dans la jungle indonésienne le 26 mars 2016 pour la "Foundation of forest, nature, and environment of Aceh".

© Handout / FOUNDATION OF FOREST, NATURE, AND ENVIRONMENT OF ACEH / AFP

L'acteur américain Leonardo DiCaprio a effectué une visite dans la jungle indonésienne pour apporter son soutien à des groupes locaux oeuvrant pour la protection de la faune et la flore menacées par la déforestation et le braconnage.

L'oscar du meilleur acteur dans "The Revenant" a passé le weekend dernier dans la forêt tropicale du parc national Leuser, sur l'île de Sumatra. Ce site possède un potentiel immense pour la préservation à long terme de la nature et abrite de nombreux animaux tels des orangs-outans et tigres, espèces menacées  par l'exploitation forestière.

Le but : établir "un méga-sanctuaire de la faune dans l'écosystème Leuser" en Indonésie

Fervent défenseur de la nature et des espèces sauvages, DiCaprio a été pris en photo accompagné par des défenseurs de l'environnement locaux, aux côtés de deux éléphants de Sumatra, une espèce en voie d'extinction. La Fondation Leonardo DiCaprio, qui mène des projets pour la protection de la biodiversité, la conservation des océans et des espaces sauvages, soutient ces groupes locaux afin "d'établir un méga-sanctuaire de la faune dans l'écosystème Leuser, le dernier endroit sur Terre où des orangs-outans de Sumatra, des tigres, des rhinocéros et des éléphants coexistent dans la nature", a indiqué l'acteur sur son compte Instagram.

Ce sanctuaire a pour objectif d'accroître la protection de cette zone, mais le projet est encore à un stade précoce, a déclaré pour sa part le défenseur de l'environnement indonésien Farwiza Fahan, qui a rencontré DiCaprio pendant sa visite. A l'instar d'autres forêts tropicales d'Indonésie, ce vaste territoire est menacé par la forte expansion des plantations destinées à cultiver de palmiers à huile et à produire de la pâte à papier. Des espèces d'animaux en voie d'extinction y sont, elles, ciblées par des braconniers et des habitants de la région qui les considèrent comme une menace.