Décès de Jonathan Demme, le réalisateur du "Silence des agneaux"

Par @Culturebox
Mis à jour le 27/04/2017 à 08H52, publié le 26/04/2017 à 18H10
Le réalisateur américain Jonathan Demme

Le réalisateur américain Jonathan Demme

© Rex Features / SIPA

Jonathan Demme, le réalisateur du "Silence des agneaux" (1991), film aux multiples Oscars, est décédé mercredi à New York des suites d'un cancer, a annoncé une porte-parole.

Egalement connu pour le film "Philadelphia", le metteur en scène américain, âgé de 73 ans, souffrait d'un cancer de l'oesophage, a-t-on précisé de même source. L'épouse de Jonathan Demme et ses trois enfants, qui étaient à ses côtés lorsqu'il est décédé mercredi matin dans son appartement de Manhattan, ont demandé qu'"à la place de fleurs", ceux qui le souhaitaient effectuent, en son hommage, des dons à l'association de défense des immigrés Americans for Immigrant Justice, basée à Miami, en Floride, a indiqué la porte-parole.
"Le Silence des agneaux" de Jonathan Demme, la bande annonce

 

C'est son thriller  "Le Silence des agneaux" (1991) qui a rendu Jonathan Demme célèbre, un film sur la collaboration entre une jeune agent du FBI et un tueur cannibale machiavélique pour retrouver un dangereux tueur en série. Il lui a valu cinq Oscars : meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur acteur, meilleure actrice et meilleur scénario adapté. Jonathan Demme aura surtout marqué pour ce film et pour "Philadelphia" (1993), tournés coup sur coup au début des années 1990.

Mais sa carrière s'étend sur plus de quatre décennies, avec des incursions dans de nombreux genres différents, y compris le documentaire. Il a même réalisé un épisode de la série mythique "Columbo". Sa dernière réalisation est un film sur le chanteur Justin Timberlake.
"Philadelphia" de Jonathan Demme, la bande annonce


"Philadelphia", un des premiers films sur le sida et la communauté homosexuelle

"Philadelphia" est un des premiers films à avoir traité directement des ravages du sida au sein de la communauté homosexuelle. L'acteur américain Tom Hanks avait reçu le prix d'interprétation aux Oscars pour son rôle principal dans le film, et Bruce Springsteen celui de la meilleure chanson pour le mélancolique "The Streets of Philadelphia".

Jonathan Demme a découvert le cinéma lors de ses études à l'Université de Floride. Il a travaillé au service de presse d'Ambassy Pictures et de United Artists, avant de collaborer avec le réalisateur et producteur Roger Corman. Il écrit et produit "Angels Hard As They Come" (1971) de Joe Viola, puis il réalise ses deux premiers films, "Cinq femmes à abattre" (1974) et "Crazy Mama" (1975).

Après "Handle With Care" (1977) et "Melvin and Howard" (1980), il se fait connaître dans le monde entier en 1986 avec "Dangereuse sous tous rapports", un thriller avec Melanie Griffith, Jeff Daniels et Ray Liotta, puis avec "Veuve, mais pas trop" (1988"), une comédie sur la mafia avec Michelle Pfeiffer. En 1991, c'est la consécration avec "Le Silence des agneaux", une adaptation du roman "Hannibal Lecter" de Thomas Harris

De nombreux documentaires

Jonathan Demme a aussi réalisé de nombreux documentaires, qui témoignent de son combat pour les droits de l'homme et pour la paix ("Jean Dominique, The Agronomist", sur un journaliste haïtien, en 2004, "Jimmy Carter Man From Plains", sur la tournée de promotion de l'ancien président pour son livre "Palestine Peace Not Apartheid").

En 2014, Jonathan Demme avait reçu de l'association Americans for Immigrant Justice un prix, le Holly Skolnick Human Rights Award, "pour son investissement dans la cause des réfugiés haïtiens" et, plus généralement, dans celle des immigrés, selon l'organisation. En 2003, il avait pris publiquement position contre l'intervention militaire américaine en Irak.
 

Egalement passionné de musique il a fait un film sur les Talking Heads ("Stop Making Sense", 1984) et plusieurs documentaires sur Neil Young.

Francophile, il avait rendu hommage à la France dans le film "La vérité sur Charlie" (2002), tourné à Paris et dans lequel il avait même glissé des extraits de "Tirez sur le pianiste". Il citait François Truffaut parmi ses influences. En 2003, dans un entretien à l'AFP, il avait raconté qu'il avait été, brièvement, attaché de presse à 24 ans du réalisateur français pour la sortie aux Etats-Unis de "La mariée était en noir". "Je ne savais pas encore que je voulais être cinéaste". "'Tirez sur le pianiste' a eu un profond impact sur moi. Ce film a changé ma façon de voir le cinéma", disait-il.

Hommages du monde du cinéma

De Martin Scorsese à Tom Hanks, en passant par les vedettes du "Silence des agneaux" ou David Byrne, les réactions du monde du cinéma ou de la musique ont afflué pour rendre hommage à ce réalisateur originaire de Long Island où il était né en 1944 et qui menait une vie discrète mais engagée.
 
"J'ai rencontré des tas de gens avec 'Moonlight' (Oscar du meilleur film) mais mon camarade Demme était le plus gentil, le plus généreux", a tweeté le réalisateur Barry Jenkins.

 

"Un homme formidable. Tristesse", a écrit, pour sa part Thierry Frémaux, délégué général du festival de Cannes, également sur Twitter.

"J'ai le coeur brisé car je perds un ami, un mentor, un type si singulier et dynamique qu'il faudrait un ouragan pour le maîtriser", a déclaré Jodie Foster.

"Jonathan nous a montré à quel point on pouvait avoir grand coeur, et comment cela pouvait guider notre vie", a témoigné Tom Hanks. "Il était le plus grand des hommes".