Décès d'Eli Wallach, le "truand" du western de Sergio Leone

Par @Culturebox
Mis à jour le 25/06/2014 à 15H33, publié le 25/06/2014 à 10H56
Eli Wallach dans "Le bon, la brute et le truand" de Sergio Leone (1966)

Eli Wallach dans "Le bon, la brute et le truand" de Sergio Leone (1966)

© Screen Prod / Photononstop / AFP

L'acteur américain Eli Wallach, célèbre pour son rôle dans "Le Bon, la Brute et le Truand", dans lequel il était Tuco, est mort mardi à l'âge de 98 ans, rapporte le New York Times, citant la fille du comédien, Katherine.

Né à Brooklyn le 7 décembre 1915, Eli Wallach avait fait ses débuts au théâtre avant un premier rôle au cinéma dans "Baby Doll" d'Elia Kazan en 1956, puis un autre dans "The Misfits" de John Huston en 1961. Mais c'est son incarnation du "truand" dans le western de Sergio Leone en 1966 qui avait fait sa notoriété.
Eli Wallach dans "Le Bon, la brute et le truand"
Entre autres rôles, Eli Wallach a joué dans "Les sept mercenaires" de John Sturges (1960), "Le Parrain III" de Francis Ford Coppola (1990). En France, il avait joué dans "Le Cerveau" de Gérard Oury (1969) où il était un mafioso.

Il a tourné au total dans une cinquantaine de films pour le cinéma, et aussi abondamment pour la télévision.
Eli Wallach dans "Baby Doll"
Il avait reçu en 2011 un Oscar d'honneur pour l'ensemble de sa carrière, l'Académie saluant en lui "la quintessence du caméléon, capable d'incarner sans effort une large gamme de personnages, tout en imprimant son sceau inimitable sur chaque rôle".

Le New York Times rappelle que la scène, où il a continué à travailler toute sa vie, était sa première passion, même si le cinéma "lui permettait de payer les factures".

"Je vais monter un cheval en Espagne pendant dix semaines, et j'ai assez de réserve pour rentrer et travailler sur une pièce", déclarait-il en 1973 au quotidien américain.

Au théâtre, où il apparaissait souvent avec sa femme Anne Jackson, également actrice (ils s'étaient mariés en 1948), il a joué Ionesco, Jean Anouilh, Tennessee Williams...
Eli Wallach et Marilyn Monroe dans "Les Désaxés" (scène en VO) de John Huston (1961)


Au début des années 2000, Eli Wallach a perdu l'usage d'un oeil à la suite d'un accident vasculaire cérébral. En 2005, il a sorti une autobiographie intitulée "The Good, the bad and me" (Le Bon, la brute et moi), publiée chez Mariner Books.