Barack Obama décore Steven Spielberg

Par @Culturebox
Publié le 25/11/2015 à 09H13
Steven Spielberg reçoit la "Médaille de la Liberté" des mains de Barack Obama à la Maison Blanche (24 novembre 2015)

Steven Spielberg reçoit la "Médaille de la Liberté" des mains de Barack Obama à la Maison Blanche (24 novembre 2015)

© EPA / Michael Reynolds / MaxPPP

Le président américain Barack Obama a remis mardi la "Médaille de la Liberté", la plus haute décoration civile des États-Unis, au cinéaste Steven Spielberg, célèbre réalisateur de "E.T", "Les dents de la mer", "La liste de Schindler", "Indiana Jones" ou encore "Duel".

"Un film de Spielberg, c'est une imaginations sans limites, des mondes restitués dans leurs moindres détails, des personnages qui se battent pour contrôler leur destin", a souligné le président américain lors d'une cérémonie à la Maison Blanche.

"Une foi profonde dans notre humanité commune"

"Plus important encore que tout cela, les films de Steven sont marqués par une foi profonde dans notre humanité commune", a ajouté Barack Obama, saluant notamment le travail effectué par la "Fondation pour la Shoah", co-fondée par le cinéaste.

Le réalisateur aux trois Oscars, dont les films ont au total rapporté plus de 9 milliards de dollars pour les seules entrées, s'est toujours réjoui de pouvoir naviguer entre les genres, du blockbuster comme "Jurassic Park" au drame historique comme "La Liste de Schindler".

Le cinéma "pour me débarrasser de mes démons"

"Le cinéma a toujours été pour moi le meilleur moyen de me débarrasser de mes démons et par conséquent de m'en décharger sur vous", expliquait-il, il y a dix jours, à Berlin en présentant son dernier film, un thriller sur la Guerre froide intitulé "Bridge of Spies" ("Le Pont des Espions").

Parmi les 17 personnes récompensées lors de cette cérémonie, figuraient également les chanteuses Barbra Streisand et Gloria Estefan ou encore la légende du baseball Willie Mays. Le célèbre joueur de baseball Yogi Berra, décédé récemment, a également été récompensé à titre posthume.