Alias 007, Daniel Craig évoque le dernier Bond, le sexisme... et les migrants

Par @Culturebox
Mis à jour le 31/10/2015 à 13H17, publié le 31/10/2015 à 13H15
Daniel Craig en promotion pour le James Bond "007 Spectre", ici à Berlin le 28 octobre 2015.

Daniel Craig en promotion pour le James Bond "007 Spectre", ici à Berlin le 28 octobre 2015.

© BRITTA PEDERSEN / DPA / dpa Picture-Alliance/AFP

En pleine promotion pour "007 Spectre", le dernier James Bond en France le 11 novembre, l'acteur Daniel Craig s'est exprimé sur de nombreux thèmes. Parmi eux, son rôle et son avenir dans la série, la place des femmes dans 007 et un sujet sérieux, le drame des migrants : à ce propos, Craig a exhorté les dirigeants européens à "régler" la crise, une "tragédie" qui frappe le continent.

Le drame des migrants

"Une tragédie est en cours. C'est aux gouvernements européens d'agir pour régler" la situation, a déclaré à l'AFP le comédien britannique. Dans le dernier James Bond, "Spectre", le célèbre espion franchit les frontières en un clin d'oeil alors qu'il est surveillé par l'Intelligence Service et que son passeport lui a été retiré. Mais dans la réalité, entrer illégalement en Grande-Bretagne est devenu de plus en plus difficile et des milliers de migrants s'entassent près du port de Calais, prêts à tout pour traverser la Manche. Au moins quinze d'entre eux sont morts depuis juin.

"Un espion de cinéma ne va pas régler la question", a ajouté Daniel Craig. "Les gens ne pensent pas à James Bond lorsqu'ils se battent pour traverser la Méditerranée avec leurs familles, c'est même le cadet de leur souci", a ajouté l'acteur qui, ironiquement, a été choisi par le gouvenement britannique pour jouer dans une campagne de promotion du tourisme en Grande-Bretagne. Une grande affiche affirmant "Bond is Great Britain" (Bond est la  Grande-Bretagne) a été diffusée au moment de la sortie du film, le 24e de la série lancée six avant la naissance de Craig, âgé de 47 ans.

Daniel Craig et la série des Bond

Alors que "Spectre" s'envole au box office britannique avec quelque 24,5 millions de livres encaissés en trois jours, Craig semble faire marche arrière sur son éventuel retrait de la série. Il avait déclaré au magazine Time Out qu'il préférerait "se taillader les veines" plutôt que de reprendre le rôle de  l'implacable agent du MI6. L'acteur, qui aurait touché 17 millions de livres pour sa participation au  précédent Bond, "Skyfall", a déclaré à l'AFP qu'"honnêtement, il n'en savait rien". "Je ne suis pas en crise, en fait je n'ai jamais été plus heureux que maintenant à faire ces films. Le processus créatif n'a jamais été aussi bon...  Pourquoi devrais-je me retirer ? Il y a beaucoup de bobards dans la presse en  ce moment, la vérité est que je n'en sais rien", a-t-il dit.

James Bond et le sexisme

Dans "Spectre", Bond affronte un redoutable réseau terroriste. Mais il doit  aussi compter avec la résistance de Madeleine Swann, jouée par Léa Seydoux, qui a dit lors de la première du film à Londres : "je ne suis pas une Bond girl, juste une blonde girl". Cette phrase a fait sensation, Skyfall ayant été sévèrement critiqué par plusieurs médias pour sa misogynie. 

Craig, qui s'est déjà habillé en femme pour dénoncer dénoncer le sexisme, affirme avoir réclamé des personnages féminins forts. "Je veux des personnages qui peuvent s'opposer à Bond, qui peuvent le défier. Sinon c'est très terne, juste un mâle qui domine toutes les scènes", a-t-il lancé. "Si vous voulez attirer des actrices comme Léa Seydoux et Monica Bellucci, il faut leur offrir quelque chose qui en vaille la peine".