A Moscou, Depardieu fait l'éloge de Poutine et de la "démocratie" russe

Par @Culturebox
Publié le 29/06/2013 à 15H41
Gérard Depardieu à Moscou le 29 juin 2013. 

Gérard Depardieu à Moscou le 29 juin 2013. 

© Anatoly Morkovin / AFP

En marge du festival du film de Moscou, l'acteur français devenu citoyen russe en janvier, a expliqué samedi qu'il avait choisi avec la Russie "une liberté et une démocratie comme il l'entend". A cette occasion, il s'est également livré à un nouvel éloge appuyé du président russe Vladimir Poutine.

"Je les laisse rire"
"Je suis très fier d'être ici. J'ai sauté sur l'occasion pour accepter ce passeport. On ne peut pas changer de nationalité (française) mais on peut choisir un Etat, une vie, une liberté et une démocratie comme je l'entends", a déclaré l'acteur. Il s'exprimait au cours d'une conférence de presse en marge du festival de film de Moscou où il présentait le film de clôture, "Raspoutine", qu'il incarne.

"Quand je leur parlais de démocratie en Russie, tous les autres pays ont ri. Je les laisse rire. Ici il y a 5% de chômage alors qu'en France il y en a 12%", a poursuivi Gérard Depardieu.

L'acteur s'est vu octroyer la nationalité russe en janvier par le président russe Vladimir Poutine, après une polémique avec le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault qui avait qualifié de "minable" sa décision de quitter la France pour la Belgique pour des raisons fiscales. Le comédien avait à cette occasion affiché son amour pour la Russie et qualifié ce pays de "grande démocratie".
Pour l'acteur, Poutine est "l'homme dont la Russie a besoin"
Interrogé sur ces rapports avec le président Vladimir Poutine et l'ex-président ukrainien Viktor Iouchtchenko, l'acteur a affirmé que c'est leurs qualités humaines qui l'attiraient. "Je n'aime pas spécialement les présidents, j'aime les hommes", a-t-il dit.

"Poutine est très fort, c'est cet homme dont la Russie a besoin", a-t-il lancé. "Que Dieu bénisse son âme".

Gérard Depardieu a par ailleurs raconté que le film Raspoutine déjà diffusé en France et dont la version raccourcie clôture samedi soir le festival international du film de Moscou avait été tournée avec la bénédiction de l'homme fort de Russie.

"J'ai demandé au président Poutine de lire le scénario pour savoir si on ne trahissait pas l'histoire. Il a approuvé", a dit l'acteur. "Il nous a ouvert les portes du palais de Tsarskoïé Selo, de l'hôtel Ioussoupov, de toutes les belles choses de Saint-Pétersbourg. On a tourné ce film en 26 jours", a-t-il souligné.