"United Passions" : Depardieu et l'histoire du Mondial... uniquement en VOD

Par @Culturebox
Mis à jour le 02/07/2014 à 16H03, publié le 02/07/2014 à 16H02
Gérard Depardieu dans "United Passions"

Gérard Depardieu dans "United Passions"

© TF1 International

Après "Welcome to New York", Gérard Depardieu est de nouveau à l'affiche d'un film qui évitera le circuit cinéma traditionnel. "United Passions", largement financé par la FIFA, sortira jeudi uniquement en VOD. En espérant profiter de l'effet "Coupe du Monde".

United passions" retrace l'histoire de la Fifa depuis sa fondation à Paris en 1904. Selon ses promoteurs, le film raconter "l'utopie" du football planétaire sans faire de la "propagande" pour la Fédération internationale de football, bien que coproduit par celle-ci.
Au coeur du Mondial-2014 au Brésil et à l'heure où la Fifa fait face à des accusations de corruption entourant l'attribution du Mondial-2022 au Qatar, ce film a une saveur particulière. "United passions, la légende du football" explique comment la Fifa, devenue l'une des instances sportives les plus puissantes et riches de la planète, a commencé autour d'une table, à Paris en 1904.

Partis de rien, une bande de passionnés, moqués et méprisés par les Anglais qui avaient déjà lancé leur fédération nationale en 1863 et revendiquaient la paternité du football, fondent une Fédération internationale. A l'époque, stades monumentaux, droits TV mirobolants, sponsors et joueurs stars millionnaires sont inimaginables.
Image de "United Passions" © TF1 International
Au fil des années, traversant les guerres et les soubresauts de l'Histoire (dictatures, crises économiques, etc), la Fifa va fédérer les nations, mettre en place une compétition à l'échelle mondiale, la Coupe du monde, et grandir au point de réunir actuellement plus de pays membres que les Nations Unies. Le film évoque comment, à partir des années 1970, l'instance s'est adaptée à la financiarisation du sport et a mis en place un système mêlant sponsors, grand spectacle et télévision.

Cette évolution est abordée à travers le parcours des trois présidents emblématiques de la Fifa, Jules Rimet (Gérard Depardieu), Joao Havelange (Sam Neill) et Joseph Blatter (Tim Roth).
Gérard Depardieu dans "United Passions" de Frédéric Auburtin.

Gérard Depardieu dans "United Passions" de Frédéric Auburtin.

© TF1 International
Destiné au "grand public" et coproduit par la Fifa, le budget de ce film est de quelque 23 millions d'euros, selon son réalisateur Frédéric Auburtin ("Paris je t'aime", "Envoyés très spéciaux"). "La Fifa a coproduit le film. Ils ont lu le scénario, comme tout producteur, mais ils n'ont pas eu de droit de regard", a-t-il déclaré lors d'une rencontre avec la presse.

Sepp Blatter en héros ?

Ce financement a néanmoins fait couler beaucoup d'encre. "Comment la Fifa a dépensé 16 millions de livres (20 millions d'euros, NDLR) dans un film où Sepp Blatter est un héros", a notamment titré la BBC sur son site internet. S'il est vrai que l'actuel président de la Fifa semble avoir le beau rôle, en mettant fin aux agissements de son prédécesseur, Joao Havelange, le réalisateur Frédéric Auburtin estime, au contraire, que son film "suggère certaines choses" pour mieux les dénoncer. "Il y a du sous-texte, des allusions", a-t-il expliqué. "Je ne veux pas faire un film de propagande mais on a la Fifa comme coproducteur, alors on s'est dit +essayons d'être malins et de nous amuser+", a-t-il ajouté, même s'il aurait "aimé être plus incisif".

"United passions", qui sort jeudi en France uniquement en vidéo à la demande (VOD), espère bénéficier de l'effet Mondial, qui se déroule jusqu'au 13 juillet au Brésil, et de "l'opportunité que représente la VOD pour toucher un maximum de monde", selon le distributeur.