"Sur quel pied danser" : lutte sociale à Romans, capitale de la chaussure

Par @Culturebox
Mis à jour le 30/06/2016 à 19H27, publié le 30/06/2016 à 17H04
"Sur quel pied danser", le combat des ouvrières de la chaussure de Romans 

"Sur quel pied danser", le combat des ouvrières de la chaussure de Romans 

© Emmanuel Rioufol - Loin derrière l’Oural

Chronique sociale sur fond de comédie musicale, "Sur quel pied danser", raconte l'histoire d'une lutte sociale dans l'industrie de la chaussure à Romans. Un thème encore douloureux dans la cité drômoise. Entouré de figurants de la région, le comédien François Morel incarne un directeur d'usine. Le film sera dans les salles le 6 juillet 2016.

Présenté en avant-première à Romans, "Sur quel pied danser" est  le pari de deux jeunes réalisateurs Paul Calori, Kostia Testut. Un film qui relate la disparition d'un savoir-faire ancestral sur fond de comédie musicale. 

Ce soir-là, certains professionnels de la chaussure romanaise étaient présents. Les souvenirs douloureux sont encore vifs pour ces artisans passionnés. "Ce que j'ai ressenti dans ce film c'est un amour de la belle ouvrage", dit une femme dans le public 

Reportage : S. Cozzolino / L. Crozat / C. Thomas

Au générique de "Sur quel pied danser", François Morel campe un directeur d'usine qui doit prendre des choix décisifs pour son entreprise. A ses côtés, Loïc Corbery et Pauline Etienne et tout un casting de figurants de la région font revivre en chansons une époque éprouvante et récente. 

-> A lire l'article lors du tournage du premier long-métrage de Paul Calori, Kostia Testu

"Un très bel hommage pour la ville de Romans"

En sortant de la projection, les spectateurs, jeunes et moins jeunes, sont visiblement très touchés. Il faut dire que Romans et la chaussure c'est une longue histoire de passion et de savoir-faire depuis la fin du 19e siècle grâce à Joseph Fénestrier qui impose la première marque de chaussure, "UNIC".

Dès 1901, l’entreprise grossit et 25 ans plus tard, Joseph Fenestrier dirige 800 personnes au sein de ses trois usines. La renommée d’abord régionale s’étend jusqu’à la capitale. 
La marque Seducta de Charles Jourdan au musée international de la chaussure de Romans

La marque Seducta de Charles Jourdan au musée international de la chaussure de Romans

© PHOTOPQR/LE PROGRES

L'industrie florissante qui dure jusqu'en 1974 avec des maisons de renom comme Charles Jourdan, Stéphane Kélian ou encore Robert Clergerie s'effondre avec le choc pétrolier. La concurrence étrangère lui est fatale et laisse de nombreuses ouvrières sur le carreau.

On a pensé aux événements romanais, à toutes les fermetures et à tous ces gens qui se sont trouvés dans des situations extrêmement difficiles

Une habitante de Romans
Sur quel pied danser affiche © Dr
Le film met aussi en avant le patrimoine de la région grâce à la participation du musée de la chaussure de Romans qui a bien voulu prêter certains de ses modèles pour le tournage.

"Sur quel pied danser" - film français de Paul Calori, Kostia Testut - 01h25 - Sortie 6 juillet 2016

Alors que Julie pense décrocher un CDI dans une fabrique d'escarpins de luxe, un plan social vient chambouler ses rêves de stabilité : entre lutter aux côtés d'ouvrières frondeuses ou bien faire profil bas, la jeune femme ne sait sur quel pied danser. Mais quand Samy, un camionneur aussi roublard que charmeur, vient prêter main forte au combat, ce n'est déjà plus la même chanson…


L'histoire de la chaussure de Romans est à découvrir au musée qui lui est consacré. A découvrir actuellement, l'exposition "Tressez ! Zoom sur le savoir-faire Kélian", du 24 novembre 2015 à octobre 2016.