"Régression" : messes noires et trous de mémoires

Par @pygrenu Rédacteur en chef de Culturebox
Mis à jour le 24/10/2015 à 18H59, publié le 23/10/2015 à 15H03
Emma Watson, David Thewlis et Ethan Hawke dans "Régression"

Emma Watson, David Thewlis et Ethan Hawke dans "Régression"

© Metropolitan FilmExport

Le cinéaste espagnol Alejandro Amenábar signe ce thriller qui flirte avec le cinéma d'horreur. Un sujet passionnant pour un film finalement très classique.

La note Culturebox

3
3/5
Rien de mieux pour démarrer un bon thriller que de le faire précéder de l'avertissement "inspiré d'événements réels". D'un coup, on s'enfonce un peu plus profondément dans son fauteuil... Les "événements réels" en question, ce sont plusieurs affaires de rituels sataniques survenues sur le territoire américain dans les années 80 et 90. A chaque fois, une suspicion d'actes de torture, de sacrifices, lors de messes noires. Face à l'ampleur du phénomène, psychologues et policiers interviennent conjointement pour libérer la parole, et faire remonter les souvenirs des témoins grâce à la technique de la régression, qui les amène à s'exprimer sous hypnose et à revivre des éléments enfouis de leur passé. Des accusations, des aveux, un emballement général autour de supposés complots… et, au final, pas grand-chose de vrai.

Dans toutes ces affaires, les esprits se sont échauffés, des bribes de souvenirs se sont précisées pour soutenir une théorie, parfois sous l'influence d'interrogatoires trop orientés. Sans compter la pression joué par les religieux dans les provinces américaines. Finalement donc, pas de messes noires, mais de gros dégâts psychologiques sur les protagonistes de ces affaires qui ont amené la police américaine à prendre ses distances avec cette méthode de "régression".

Alejandro Amenábar, qui s'est emparé de ce sujet passionnant, rend une copie de facture très classique. Rien de très nouveau sous le soleil de Satan, tous les ingrédients sont là… Des portes qui tremblent, des mares de sang, les basses qui vrombissent lorsque les satanistes pointent le bout de leur cape, des cauchemars épouvantables… Tous les codes du genre sont respectés, Rosemary's Baby ou l'Exorciste nous avaient déjà servi ce menu de la peur, sans le son numérique il est vrai.
"Régression" d'Alejandro Amenábar. © Universal Pictures International Spain

Reconnaissons néanmoins que ce thriller d'horreur ne connaît pas de baisse de régime, grâce notamment aux excellents Ethan Hawke (le flic affûté, dur à cuire, et finalement en plein doute), David Thewlis (le psy rond et malin, aveuglé par sa science) et la très demandée Emma Watson (celle qui déclenche la tempête en accusant son père de viol). Tourné entre ombre et lumière dans les environs de Toronto, "Régression" bénéficie d'une magnifique image. Une ambiance idéale pour nourrir l'imaginaire, et entrevoir un ennemi derrière chacun des passants de cette petite ville pas si tranquille…
"Régression" d'Alejandro Amenábar

© Metropolitan FilmExport

Thriller hispano-canadien d'Alejandro Amenábar Avec Emma Watson, Ethan Hawke, David Thewlis et Devon Bostick – Durée : 1h46 – Sortie : 28 octobre 2015

Synopsis : Minnesota, 1990. L'inspecteur Bruce Kenner enquête sur un crime révoltant dont la jeune Angela accuse son père, John Gray. Lorsque John avoue sa culpabilité de façon tout à fait inattendue et sans garder le moindre souvenir des faits, le docteur Raines, un célèbre psychologue, est appelé à la rescousse. Il va devoir aider John à retrouver la mémoire, mais ce qu'ils vont découvrir cache un terrifiant mystère qui concerne le pays tout entier...