Pour Fanny Ardant, Staline a les traits de Gérard Depardieu

Par @Culturebox
Mis à jour le 08/01/2017 à 17H48, publié le 08/01/2017 à 17H35
Depardieu dans "Le divan de Staline"

Depardieu dans "Le divan de Staline"

© Alfama Films

Le 11 janvier 2017 sort sur les écrans français "Le divan de Staline", un film réalisé par Fanny Ardant et avec Gérard Depardieu dans le rôle du dictateur soviétique. Il s'agit de l'adaptation du livre de Jean-Daniel Baltassat portant le même titre et paru au Seuil en 2013.

Les dictateurs ont toujours inspiré de grands films. Depuis, justement, "Le dictateur" (1940) de Chaplin et son personnage inspiré d'Hitler, jusqu'au "Dernier roi d'Ecosse" (2007) de Kevin MacDonald à propos d'Idi Amin Dada en passant par "La Chute" (2004) d'Olivier Hirschbiegel sur les derniers jours du Fürher, la grande difficulté a toujours été de trouver un acteur à la hauteur de l'enjeu.

Si Chaplin n'a pas eu à aller loin pour le trouver derrière sa propre moustache, Fanny Ardant a opéré le chemin inverse : elle voulait trouver un personnage à la hauteur de la prestance cinématographique de son partenaire de toujours à l'écran, Gérard Depardieu. Ce fut donc Joseph Staline, le petit père des peuples, dictateur soviétique, allié puis ennemi de l'Allemagne nazie, bourreau de son propre peuple et de tous ceux qui l'entouraient. L'enjeu était de taille, car l'acteur désormais russe devait faire oublier l'exceptionnelle prestation d'André Dussollier qui avait su mettre de côté son caractère si affable pour devenir, en 2010, le terrible Géorgien dans "Une exécution ordinaire" de Marc Dugain.

La question de la ressemblance physique ne se pose d'ailleurs quasiment plus depuis que Staline a été interprété au cinéma par 
Mikheil Gelovani, l'une de ses doublures, l'un de ceux qui l'incarnaient dans les films de propagande. On sait d'ailleurs que la ressemblance physique n'est plus déterminante au cinéma. Et même si Depardieu, du haut de son mètre quatre-vingts affiche treize bons centimètres de plus que Staline, la magie du cinéma remet tout le monde à la même taille et soudain, c'est Staline qui est là, malgré Obélix, les "Valseuses" Jean Valjean et même, oui, Raspoutine !

Rencontre avec la réalisatrice et son interprète.

Reportage : 
P. Deschamps / D. Dahan / F. Menin / B. Richard

Le synopsis

Dans une résidence secrète où Staline vieillissant est venu se reposer quelques jours, un jeune peintre, Danilov, vient présenter au dictateur son projet artistique d’un monument posthume à sa gloire. Lidia, la maîtresse de Staline, a sélectionné Danilov et son œuvre parmi d’autres artistes et c’est elle qui l’introduit auprès de Staline. Par ce choix, c’est aussi sa vie qu’elle joue dans cette rencontre qui n’est pour elle et Danilov qu’un jeu de dupe, de mensonges et de terreur.
Film de Fanny Ardant avec Gérard Depardieu
Sortie le 11 février 2017

"Le divan de Staline", l'affiche

"Le divan de Staline", l'affiche

© Alfama Films