Poelvoorde-Depardieu, "des génies du jeu" pour les réalisateurs de Saint-Amour

Par @Culturebox
Mis à jour le 17/02/2016 à 17H14, publié le 17/02/2016 à 15H46
Benoît Poelvoorde et Gérard Depardieu dans "Saint Amour"

Benoît Poelvoorde et Gérard Depardieu dans "Saint Amour"

© 2016 Concorde Filmverleih GmbH

"Saint Amour". Cette comédie franco-belge réunit Benoît Poelvoorde et Gérard Depardieu dans une histoire familiale parlant d'amour, de femmes et de bon vin. En attendant la sortie le 2 mars 2016, les réalisateurs Benoît Delépine et Gustave Kervern nous parlent de leur film et de Poelvoorde et Depardieu : "Nous sommes une famille d’esprit. Ce sont des gens qui sont des génies du jeu".

L'interview de Benoît Delépine et Gustave Kervern.


Benoît Delépine et Gustave Kervern n’en sont pas à leur première collaboration. Ils ont gagné le César du Meilleur Film et celui du Meilleur Scénario Original pour leur film "Mammuth" en 2011 et ont remporté le Prix Spécial du jury du Festival de Cannes en 2012 pour "Le Grand Soir" dans la catégorie "Un Certain Regard". 

Sur le tournage tout le monde voulait des selfies !

Dans "Saint Amour", les réalisateurs retrouvent Poelvoorde et Depardieu : "Nous sommes une famille d’esprit. Ce sont des gens qui sont des génies du jeu. On a vraiment plaisir à les retrouver. Notre dernière rencontre avec eux, c’était le tournage de "Le Grand Soir", et c’était il y a déjà quatre ans. On comptait les jours, on avait envie de repartir à l’aventure avec eux. Ce sont des personnages à eux-mêmes. On a écrit cette histoire pour eux" affirme Benoît Delépine.
 

Tourné au Salon de l’Agriculture 2015 dans une ambiance bruyante au milieu de milliers de personnes, le film a été un vrai défi pour Delépine et Kervern. Et d’autant plus avec des artistes aussi connus que les deux acteurs principaux : "Il fallait les cacher puis tourner une prise et devoir arrêter car tout le monde voulait avoir des selfies. Cela a été très dur, mais cela donne aussi le côté documentaire. C’est la force du film", ajoute Gustave Kervern.

Gérard Depardieu dans "Saint Amour"

Gérard Depardieu dans "Saint Amour"

© 2016 Concorde Filmverleih GmbH

Delépine, fils de fermier

Les deux metteurs en scène y apportent leur touche personnelle. Auteurs pour "Les Guignols de l’Info" ou l’émission "Groland", les personnages de ce film sont décalés et la plupart des scènes absurdes.

Fils d’un fermier, Benoît Delépine voulait avec "Saint Amour" parler de la condition des agriculteurs : "Mon père me disait déjà à l’époque, qu’il avait fait ce métier pour être indépendant et finalement, il s'est retrouvé ouvrier chez Bonduelle."

Mais ce que les réalisateurs voulaient d'abord faire ressortir, c'est le parcours qu'effectuent les deux protagonistes dans l'histoire : cette route qui les mène jusqu'à l'amour et qui, en passant par "Saint-Amour" rapproche un père de son fils.
 

Affiche du film "Saint Amour" de Benoît Delépine et Gustave Kervern © Allociné

L'argument

Tous les ans, Bruno fait le salon de l’Agriculture. Mais cette année, son père Jean, venu y présenter Nabuchodonosor, son taureau champion, décide sur un coup de tête de l’emmener sur la route des vins afin de se rapprocher de lui. Et s’ils trinquent au Saint-Amour, ils trinqueront bien vite à l’amour tout court en compagnie de Mike, leur chauffeur de taxi, embarqué dans cette folle tournée de dégustation.