"Monstres Academy" en vedette américain du festival d'Annecy

Par @Culturebox
Mis à jour le 11/06/2013 à 18H52, publié le 11/06/2013 à 18H03
Bob, Sulli et leurs amis mettent le feu à la Monstres Academy"

Bob, Sulli et leurs amis mettent le feu à la Monstres Academy"

© The Walt Disney Company France

En ouverture du festival d'animation d'Annecy, c'est le géant Disney-Pixar qui a présenté son nouveau bébé. Un cadeau terrifiant puisqu'il s'agit de "Monstres Academy", la suite tant attendu du génial "Monstres & Cie", qui avait conquis des millions de spectateurs en 2001. Bob et Sulli font un bond dans le temps et reviennent sur les bancs de l'université pour nous faire mourir ... de rire.

"Monstres Academy", c'est l'histoire de Bob et Sulli qui se tirent la bourre pour savoir qui d'eux d'eux sera le monstre le plus terrifiant, et donc le plus cool. Petit problème, Bob n'a pas ce qu'on appelle "un physique facile" (oui oui, les mosntres aussi sont cruels entre eux) car il n'est guère imposant, au contraire de Sulli. En voyant ce couple qui devient peu à peu inséparable, on ne peut s'empêcher de penser à Laurel et Hardy tant l'opposition entre le petit globule vert à un oeil et le grand gaillard style yéti en peluche est grande.

Comme la fin du premier opus se marquait par l'abolition de "l'art de faire peur", "Monstres Academy" revient aux fondamentaux et offre à nos chers amis monstres la possibilité d'apprendre comment terroriser les petits d'Homme -dont ils ont eux-mêmes la plus grande peur-. Rencontre avec Dan Scanlon, le réalisateur, qui signe là son premier long métrage et place le film sous le signe du rire absolu. 

Reportage de A. Combes-Savary, I. Pernet-Duparc, A. Kebabti
Un vent de nouveauté

Si "Monstres et Cie" se voulait une belle fable sur la différence et l'acceptation de l'Autre, "Monstres Academy" ouvrent de nouvelles perspectives et cherche avant tout l'efficacité à travers une avalanche de gags. On se plaira à retrouver un Bob Razowski toujours aussi calculateur affublé d'un appareil dentaire, tandis que le monstre rampant violet, le méchant du premier opus, est devenu un jeune binoclard innofensif. Le cocktail d'humour s'annonce des plus savoureux. On espère juste que Pixar ne tombera pas dans l'accumulation de poncifs sur l'université américaine et retrouvera cet humour décalé qui a fait le succès du premier film. En prime, la voix de Catherine Deneuve et de Jamel pour la version "frenchy"...
Monstres Academy : "message aux nouveaux étudiants"
Pixar vs Dreamworks

Après le très réussi "Les Mondes de Ralph", qui encore une fois démontrait toute la qualité graphique, l'esprit libertaire du studio et une belle sensibilité "made in Pixar", les créateurs du "Monde de Nemo", de "Ratatouille" et de "Wall-E" sont attendus au tournant. Il s'agira de ne pas louper le coche s'ils veulent rester compétitifs dans la course qui les opposent à leur concurrent direct : Dreamworks. Rappelons que ces derniers ont frappé fort en sortant consécutivement deux films de très grande qualité : "Les cinq légendes" et "Les Croods". Ne nous plaignons pas, il semblerait que la compétition que se livrent les deux géants américains de l'animation, loin de faire baisser la qualité des films, semble les pousser à redoubler d'imagination et à cultiver un style propre.
 
"Monstres academy" : la bande-annonce
En France, il faudra, attendre le 10 juillet pour profiter de "Monstres Academy". En attendant, on pourra se consoler avec une belle friandise en suivant les tribulations de Gru dans "Moi Moche et Méchant 2", qui sortira le 26 juin.