"Men and Chicken" : le mystère de l'île de la mutation

Par @pygrenu Rédacteur en chef de Culturebox
Mis à jour le 26/05/2016 à 09H35, publié le 26/05/2016 à 09H32
"Men & Chicken" d'Anders Thomas Jensen

"Men & Chicken" d'Anders Thomas Jensen

Attention OVNI. Ce film danois ne ressemble à rien de connu. Il y est question des retrouvailles d'une fratrie, de mutations génétiques et de savant fou. Tout ça, dans une petite île perdue qui cache bien ses secrets. C'est drôle, très surprenant, avec notamment un Mads Mikkelsen méconnaissable et génial.

La note Culturebox

4
4/5
Deux frères. Avouons-le, assez bizarres. Surtout Elias (Mads Mikkelsen) et son besoin irrépressible de se masturber de nombreuses fois chaque jour. Gabriel (David Dencik) a, lui, l'air un peu plus fini, mais ses déglutitions spectaculaires sont assez effrayantes. Bon, on les trouve surtout étranges parce qu'on ne connaît pas encore les autres frères. Trois très jolis spécimens qui vivent sur île, loin de tout. Physiquement assez atteints, psychologiquement guère mieux lotis.

Les deux premiers ne connaissent pas les trois suivants, mais la mort de leur père adoptif va les amener à se rencontrer. Et les voilà partis à la rencontre de cette famille inconnue, dont le papa est un généticien pour le moins créatif… Les retrouvailles vont être à la hauteur. Bombardement de marmites en fonte, attaques à l'aide d'animaux empaillés. Et ça ne fait que commencer.

A l'instar du fameux "The Lobster" qui avait secoué le festival de Cannes 2015, "Men and Chicken" fait partie de ces films dont la lecture du synopsis délirant peut faire fuir. On aurait tort. Car Anders Thomas Jensen traite très sérieusement son sujet déjanté, aidé par des comédiens épatants.

En insistant sur les dégénérescences physiques de ses personnages (becs de lièvres, nez explosés, doigts de pieds interminables…), Anders Thomas Jensen ne s'est pas fait que des amis lors de la sortie de son film au Danemark. Il s'est défendu de toute discrimination, insistant sur sa volonté de "créer un lien physique" entre des personnages issus de la même famille. Un peu comme les O'Hara et les O'Timmins de Lucky Luke, grandes oreilles contre gros nez rouges des "Rivaux de Painful Gulch".
Nicolas Bro, Nikolaj Lie Kaas, Mads Mikkelsen et Søren Malling dans "Men & Chicken"

Nicolas Bro, Nikolaj Lie Kaas, Mads Mikkelsen et Søren Malling dans "Men & Chicken"

© Urban Distribution

Une chose est sûre, ce film très original ne ménage ni ses surprises ni ses effets. Les cinq frères sont extraordinaires, hommes des cavernes ou modèles de sensibilité, selon les situations. Le soir, dans la chambre de leur maison en ruine, les frères se réchauffent sous la couette en tenant une sorte de café philo, écoutant Josef commenter la bible ou de grandes œuvres littéraires. Avant de s'empoigner de nouveau et de se fracasser la tête à la fonte.

Outre ses aspects burlesques très réussis, "Men and Chicken" diffuse des messages loin d'être anodins sur la différence, la solitude ou la folie des hommes. L'ensemble est finalement aussi attachant que drôle.
"Men and Chicken". © Rolf Konow / DCM

LA FICHE

Film danois d'Anders Thomas Jensen – avec Mads Mikkelsen, Nikolaj Lie Kaas, David Dencik, Søren Malling et Nicolas Bro – Durée : 1h44 – Sortie : 25 mai 2016
Synopsis : A la mort de leur père, Elias et Gabriel découvrent qu’ils ont été adoptés et que leur père biologique, Evelio Thanatos, est un généticien qui travaille dans le plus grand secret sur une île mystérieuse. Malgré leur relation houleuse, ils décident de partir ensemble à sa rencontre. Arrivés sur cette île éloignée de la civilisation, ils vont découvrir une fratrie étrange et des origines inquiétantes. Il devient évident que, décidément, on ne choisit pas sa famille.