"Ma vie de courgette", un petit bijou sur l'enfance

Par @Culturebox
Mis à jour le 17/10/2016 à 14H25, publié le 16/10/2016 à 18H40
Le personnage central ; Courgette

Le personnage central ; Courgette

© Ritaproductions

Claude Barras et Céline Sciamma se sont inspirés de l'"Autobiographie d'une courgette" de Gilles Paris. L'histoire d'un petit garçon qui se crée une fratrie dans l'orphelinat qui le recueille avant de participer à la fondation d'une vraie nouvelle famille. Délicat et émouvant.

Filmé en stopmotion, c'est à dire image par image, "Ma vie de Courgette" est un vrai petit bijou sur l'enfance, l'abandon, l'amitié et l'amour. Les personnages animés ont le visage mangé par d'immenses yeux. Ce sont des orphelins, réunis par les hasards de la vie dans un établissement tenu par des adultes très attentifs. L'un d'eux s'appelle Icare, mais il préfère le surnom de Courgette qu'avait choisi, pour se moquer de lui, sa mère alcoolique et dépressive.

Reportage : N. Hayter / M. Benito / N. Aibar

Si le style des personnages et des décors reste très enfantin et charmant, le propos ne cache rien des raisons pour lesquelles la vie a réuni cette demi-douzaine de petits garçons et de petites filles dans un orphelinat. Tous les drames, même les pires y sont évoqués. Les choses sont dites, sans pathos excessif, mais elles sont dites. Chaque enfant partage le quotidien de cette fratrie reconstituée, mais continue de son côté à porter son drame. L'adaptation du livre original "(Autobiographie d'une Courgette" de Gilles Paris) est cosignée par Claude Barras, le réalisateur et par la scénariste et réalisatrice Céline Sciamma ("Naissance des pieuvres", "Bande de filles"). Ils relativisent le drame par lequel Courgette se retrouve seul. Le petit garçon reste responsable de la mort de sa mère, mais d'une manière moins violente que dans la version du livre.

Tous les pensionnaires de la maison d'accueil

Tous les pensionnaires de la maison d'accueil

© Ritaproductions
Si l'image est particulièrement soignée (les paysages sont ainsi d'une simple beauté très émouvante), il ne faut pour autant pas manquer de remarquer le travail sur le son et la musique jamais envahissante (cela repose des animations américaines) de Sophie Hunger. Pour l'interprétation, le casting, très pertinent, s'est fait parmi de vraies voix d'enfants. Le temps des adultes maquillant leur voix est passé. Gaspard Schlatter, Sixtine Murat et Paulin Jaccoud, les jeunes acteurs interprétant les principaux personnages ont d'ailleurs accompagné le réalisateur et sa coscénariste sur la scène de la Quinzaine des Réalisateurs.

Les trois jeunes comédiens

Les trois jeunes comédiens

© Jean-François Lixon
A la Quinzaine des Réalisaeurs, à Cannes, l'équipe de "Ma vie de Courgette" a vu ses trois annéess de travail récompensées par une longue standing ovation offerte par un public très ému.
La statue géante de Courgette croisée dans une rue de Cannes

La statue géante de Courgette croisée dans une rue de Cannes

© Jean-François Lixon